Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le groupe France Télévisions a confirmé que ses pertes pourraient atteindre à la fin de l'année dix millions d'euros, au lieu des cinq millions prévus. En cause, une nouvelle réduction de ses ressources par l'Etat.

Mi-avril, lors de la clôture des comptes de 2014, France Télévisions avait déjà indiqué qu'il tablait pour cette année sur un déficit de 9,8 millions d'euros. Entre dotations publiques en baisse - moins 300 millions d'euros à l'horizon 2015 - et réduction d'effectifs, le groupe a engagé ces dernières années une cure d'amaigrissement.

Un avenant au contrat d'objectifs et de moyens (COM) entre France Télévisions et l'Etat actionnaire, signé fin 2013, a autorisé le groupe audiovisuel public à "réaliser des pertes en 2013 et 2014".

Cet avenant prévoyait ensuite "un quasi-retour à l'équilibre en 2015, avec un résultat de -5 millions d'euros" tandis que les comptes 2010, 2011 et 2012 "avaient été à l'équilibre", a rappelé le groupe dans un communiqué. En 2014, la perte nette du groupe s'est élevée à 38,4 millions d'euros, moins que les 40,5 millions prévus.

Pour 2015, le groupe fait état "d'une nouvelle baisse de 20 millions d'euros des ressources attendues par rapport à l'avenant au COM 2013". Il met aussi en cause un "affaiblissement marqué de ses recettes de parrainage" par les marques. En revanche, les recettes liées à la publicité sont "en ligne avec le budget et laissent entrevoir de bonnes perspectives d'atterrissage en 2015".

La direction du groupe "maintient" par ailleurs "son objectif d'atteinte d'un effectif moyen de 9750 ETP (équivalent temps plein) à fin 2015" via un plan de départs volontaires portant sur 340 postes. "Près de 80% des départs prévus sont déjà actés au 30 juin 2015", souligne le groupe.

ATS