Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La présidente de la Confédération Eveline Widmer-Schlumpf a rassuré vendredi les employés de banque inquiets des conséquences de la livraison de noms aux Etats-Unis dans le cadre du conflit fiscal avec Washington. Elle soutient une solution globale entre les partenaires sociaux.

L'Association suisse des employés de banque (ASEB) lui a demandé de s'impliquer dans des négociations avec les banques pour trouver une solution globale aux problèmes, a expliqué son président Jean-Christophe Schwab. L'ASEB préfère cette démarche à des actions judiciaires individuelles dans lesquelles elle a relativement peu confiance, a-t-il ajouté.

Un premier contact avec l'Association suisse des banquiers a eu lieu et d'autres discussions sont prévues. Les employeurs ont fait des erreurs, il est normal qu'ils soutiennent les employés qui ont à souffrir des conséquences, selon l'ASEB. Un gros travail de transparence pour l'information du personnel concerné reste à faire.

Pas punissable aux Etats-Unis

L'autre revendication principale des employés est que l'accord pour mettre fin au conflit fiscal avec Washington prévoit une clause garantissant que ceux dont le nom a été livré ne puissent pas être punis aux Etats-Unis. Les informations les concernant devraient uniquement être utilisées pour incriminer leurs employeurs.

C'est un point central des négociations, a assuré la ministre des finances. Mais Eveline Widmer-Schlumpf ne parle qu'en son nom. La prochaine étape sera qu'elle obtienne l'aval du Conseil fédéral, "nous sommes optimistes", a indiqué M. Schwab. "Je crois que nous sommes sur la bonne voie", a renchéri la conseillère fédérale.

Protéger la souveraineté

Une solution globale avec les Etats-Unis est dans l'intérêt de tous. La Confédération s'efforce d'y parvenir, a assuré la ministre.

A la demande du Parlement, le Conseil fédéral va d'ailleurs prochainement mettre en consultation une loi sur la protection de la souveraineté. Le texte vise à éviter que des autorités étrangères puissent exiger de personnes se trouvant en Suisse des comportements contraires au droit helvétique.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS