Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pas moins de 618 candidats se disputeront les 110 sièges du Grand Conseil fribourgeois lors des élections cantonales du 13 novembre. Douze candidats visent les sept sièges du gouvernement cantonal. Ils sont onze à aspirer devenir l'un des sept préfets cantonaux.

En 2006, il y avait 571 candidats sur les rangs pour décrocher un siège au parlement fribourgeois, a rappelé lundi la Chancellerie d'Etat dans un communiqué de presse diffusé à l'issue de l'échéance du délai pour le dépôt des listes. Cinq ans auparavant, ils étaient 511 et 542 en 1996. A noter la réduction du nombre de députés au parlement cantonal, qui passe de 130 à 110.

Mouvements démographiques obligent, la ville de Fribourg aura désormais droit à 14 députés (-1). La députation du district de Sarine-Campagne gagne un siège et disposera désormais de 24 députés. Suivie par la Gruyère (18 députés), la Singine (16;-1), le Lac (13), la Broye (11;+1), la Glâne (8) et la Veveyse (6).

Douze candidats

Douze candidats aspirent au gouvernement cantonal. Celui-ci réunit actuellement trois PDC (Isabelle Chassot, Beat Vonlanthen, Georges Godel), deux PS (Anne-Claude Demierre, Erwin Jutzet), un radical (Claude Lässer) et un indépendant (Pascal Corminboeuf).

Cinq d'entre eux se représentent. Pascal Corminboeuf et Claude Lässer se retirent; ils ont tous deux accompli le nombre de mandats maximum autorisé.

Le PDC lance ses trois conseillers d'Etat sortants à leur propre succession. Les couleurs de l'UDC seront défendues, comme en 2006, par le député-agriculteur Pierre-André Page.

Les radicaux présentent le préfet de la Gruyère Maurice Ropraz et le député alémanique Markus Ith. Dépité de n'avoir été adoubé par son parti, le syndic d'Estavayer-le-Lac Albert Bachmann, président de l'Association des communes fribourgeoises et agriculteur, se lance en solitaire.

Le PLR est assuré de récupérer le siège à M. Lässer. Le siège laissé vacant par Pascal Corminboeuf fera l'objet d'une âpre lutte entre droite et gauche.

ATS