Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Fribourg - Le canton de Fribourg veut redonner le goût d'apprendre à des personnes qui n'ont pas eu accès à une formation après l'école obligatoire. Il a lancé vendredi un projet-pilote, doté de 50'000 francs, visant à introduire un chèque-formation.
Le chèque-formation a une valeur maximale de 800 francs. Il pourra être octroyé pour financer tout ou une partie d'un cours de perfectionnement. Quatre conditions doivent être remplies pour pouvoir y prétendre, a expliqué devant la presse la conseillère d'Etat Isabelle Chassot.
Le candidat doit être âgé de plus de 25 ans, ne pas avoir achevé une formation du niveau secondaire II, tels un apprentissage ou le gymnase, être domicilié dans la ville de Fribourg ou dans le district de la Glâne depuis au moins un an et ne pas dépasser un certain niveau de revenu.
Le projet court jusqu'à la fin de l'année. Il y aura ensuite une phase d'évaluation. Si cette dernière est positive, le projet sera étendu, une base légale devra être établie et les montants nécessaires inscrits au budget. L'entrée en vigueur pourrait intervenir en 2012.
Mme Chassot ne l'a pas caché: pour le moment, les autorités ignorent si cet instrument sera pris d'assaut ou ignoré. Les contacts avec les milieux patronaux et syndicaux font état d'un très bon écho.
Pour mémoire, le projet est la concrétisation d'une motion votée en 2008 et initiée par les députés Jean-Pierre Siggen, PDC, directeur de l'Union patronale fribourgeoise et Xavier Ganioz, PS, syndicaliste UNIA.
Fribourg s'est inspiré des chèques-formation qui existent à Genève depuis une dizaine d'années. Ceux-ci visent à encourager la formation en général, a précisé Mme Chassot.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS