Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le canton de Fribourg, comme Vaud, n'interdira pas la projection du film "Vol spécial" dans les écoles. Mais le Conseil d'Etat met une condition: la projection doit être "préparée et encadrée par des enseignants dûment formés à cet exercice".

Dans le cadre de leur éducation civique et du développement de leur sens critique, élèves et étudiants doivent être confrontés avec "des points de vue engagés, avec la complexité du monde et la manière de la représenter", écrit mercredi le Conseil d'Etat dans une réponse aux députés UDC au Grand Conseil Stéphane Peiry et Pierre-André Page.

Les deux élus demandaient au gouvernement s'il était prêt à interdire la diffusion du film de Fernand Melgar dans les écoles du canton, car ils estiment qu'il s'agit d'"un film de propagande où seul le point de vue militant du réalisateur est présenté". Ils lui reprochent de jouer sur le registre de l'émotion et de s'être bien gardé de présenter le passé criminel de ses acteurs.

Documentaire pas neutre

Dans sa réponse, le Conseil d'Etat "constate qu'il s'agit d'un film engagé et non pas d'un documentaire neutre". Mais dans la mesure où la projection dans les écoles est préparée et encadrée, par exemple par une discussion avec les élèves, le gouvernement estime qu'il n'y a aucune raison de l'interdire.

En octobre 2011, le canton de Vaud a pris une décision similaire suite une interpellation d'un député UDC au Grand Conseil. Le gouvernement a refusé d'interdire sa projection dans les établissements scolaires, mais elle doit être accompagnée d'un débat contradictoire pour que tous les points de vue soient représentés.

"Vol spécial" montre le quotidien des requérants d'asile détenus au centre de Frambois, dans le canton de Genève, en vue de leur expulsion. Ce film a obtenu plusieurs distinctions, dont celle de meilleur film suisse 2011, décernée par les critiques de cinéma.

ATS