Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le petit village de Tatroz (FR) a été le théâtre d'un des plus graves accidents aériens récents. Un petit avion de tourisme, immatriculé en Suisse, s'est écrasé samedi après-midi en bordure des habitations. Six personnes, quatre hommes et deux femmes, ont trouvé la mort dans le crash, qui n'a pas fait de rescapé.

Le monomoteur de type Piper a été vu en train de survoler deux fois le village avant de s'écraser vers 15h00. L'appareil était parti de la Blécherette (VD) vers 14h30 en direction de l'aérodrome d'Ecuvillens (FR). D'après les indications de l'aérodrome de la Blécherette, le pilote était domicilié dans le canton de Vaud.

Deux des victimes ont été retrouvées éjectées de l'appareil; les quatre autres sont restées dans l'habitacle. Les corps ont été transférés au Centre universitaire romand de médecine légale (CURML) à Lausanne.

Hypothèse

Le monomoteur s'est écrasé dans un champ à quelques centaines de mètres du centre du village sis sur la commune d'Attalens (FR), a indiqué la police. Celle-ci n'a toutefois pas confirmé l'hypothèse de plusieurs médias selon laquelle il s'agissait d'un tour-anniversaire réunissant des membres d'une même famille.

Selon le syndic d'Attalens, Michel Savoy, qui s'est rendu sur place, un couple domicilié dans la commune figure bien parmi les victimes. Il laisse trois enfants en âge de scolarité, a-t-il ajouté revenant sur des informations des médias.

Enquête

Le préfet de la Veveyse Michel Chevalley s'est également rendu sur les lieux de l'accident. Une cellule psychologique a été mise sur pied. Près de cinquante pompiers notamment du centre de renfort de Châtel-St-Denis (FR) sont intervenus en raison des risques liés aux hydrocarbures et pour désincarcérer les victimes.

L'enquête sur les causes du crash est dirigée par le Service d'enquête suisse sur les accidents (SESA) en collaboration avec la police fribourgeoise sous mandat de la procureure Liliane Hauser.

ATS