Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Chris Froome (Sky) a enlevé son quatrième Tour de France. C'est Dylan Groenewegen (Lotto-Jumbo) qui a remporté le sprint sur les Champs-Elysées à l'occasion de la 21e et dernière étape.

Le Néerlandais a réussi à empêcher l'Allemand André Greipel de faire la passe de trois à Paris. Troisième à Bergerac et surtout deuxième à Pau derrière Marcel Kittel, le coureur de la Lotto-Jumbo signe son premier succès de prestige à 24 ans.

Michael Schär (BMC) a fait partie d'une échappée d'un peu moins de dix coureurs qui n'a jamais pu compter plus de 25'' d'avance sur le peloton. Pas question de laisser un fuyard s'imposer en costaud. N'est pas Alexandre Vinokourov qui veut. En 2005, le Kazakh avait réussi à attaquer et à piéger les sprinters près de l'Arc de Triomphe.

Chris Froome (Sky) a lui enlevé son quatrième Tour de France après ceux de 2013, 2015 et 2016. Le Britannique de 32 ans a devancé au final de 54'' le Colombien Rigoberto Uran et de 2'20 le Français Romain Bardet. Le Britannique et ses coéquipiers de la Sky ont eu droit, comme c'est devenu une tradition, à une coupe de champagne avant d'arriver sur cette artère mythique que les Français adorent appeler "la plus belle avenue du monde".

Il n'est plus qu'à un sacre de Merckx, Hinault, Indurain et Anquetil. Sans les consignes d'équipe en 2012 lors de la victoire de son coéquipier Bradley Wiggins et ses trois chutes en trois jours en 2014, le "Kényan blanc" pourrait afficher six Tour de France consécutifs à son palmarès.

ATS