Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Conseil fédéral a décidé de porter plainte contre inconnu en raison des fuites qui ont suivi sa séance de mercredi dernier. Le nom du candidat proposé par Johann Schneider-Ammann au poste de secrétaire d'Etat à l'éducation et à la recherche avait filtré dans la presse.

Le Conseil fédéral est d'avis que de telles indiscrétions sont à condamner. "Il veut donner un signal clair", a rapporté devant les médias son porte-parole André Simonazzi.

La nomination du futur secrétaire d'Etat à l'éducation et à la recherche n'a pas été traitée sur le fond lors de la séance du gouvernement, a-t-il ajouté. Le ministre de l'économie avait proposé la semaine dernière au Conseil fédéral de nommer Roman Boutellier, président du conseil d'administration du groupe Ammann, qu'il dirigeait avant d'être élu.

M.Boutellier est aussi professeur et vice-président de l'EPF de Zurich. Cette proposition a été très critiquée en raison de la proximité du candidat avec le conseiller fédéral.

Nom très attendu

Le nom du futur chef du Secrétariat d'Etat à l'éducation et à la recherche est très attendu. Dès le 1er janvier, l'ensemble du domaine, de la formation professionnelle aux EPF en passant par le soutien aux universités, sera regroupé sous l'égide d'un seul responsable, au Département fédéral de l'Economie.

Parmi les papables, le nom de la conseillère d'Etat fribourgeoise Isabelle Chassot, présidente de la Conférence des directeurs cantonaux de l'instruction publique, est très cité dans la presse.

ATS