Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plusieurs ministres japonais ont déploré publiquement mardi des dysfonctionnements au sein du gouvernement qui ont empêché la diffusion auprès du public de cartes de contamination radioactive après l'accident nucléaire de Fukushima. Ces cartes avaient été transmises par les Etats-Unis.

L'Agence de sûreté nucléaire et le ministère nippon des Sciences ont reconnu avoir reçu les 18 et 20 mars 2011, via l'ambassade des Etats-Unis et le ministère japonais des Affaires étrangères, des cartes de mesure réelle de radioactivité dans le nord et l'est du Japon. Mais ces données n'ont pas été transmises au bureau du Premier ministre ni à la Commission nucléaire.

Un fonctionnaire du ministère des Sciences a expliqué qu'il n'avait pas ressenti la nécessité de les transmettre, ne pouvant juger de la fiabilité des mesures, selon les explications données à la presse. Il lui semblait en outre qu'il ne revenait pas aux autorités nippones de les publier.

Cartes publiées par Washington

C'est finalement le département américain de l'Energie qui a rendu publiques ces cartes quelques jours plus tard aux Etats-Unis, alors qu'elles auraient été de la plus grande utilité auprès des riverains de la centrale ne sachant où fuir.

"Il est regrettable que les données n'aient pas été partagées ni utilisées au sein du gouvernement. Nous nous en excusons auprès de toutes les victimes", a déclaré mardi le ministre de l'Industrie, Yukio Edano, selon les propos rapportés par le journal "Sankei". M. Edano était alors le porte-parole du gouvernement.

Le ministre de l'Environnement, Goshi Hosono, lui aussi chargé de la résolution de la crise de Fukushima, a pour sa part déclaré que le fait que la cellule de crise en place à ce moment n'ait pu utiliser ces données constituait un énorme problème.

La centrale nucléaire Fukushima Daiichi a été mise en péril par le séisme et le tsunami qui ont dévasté la région du nord-est du Japon le 11 mars 2011. Dans les jours suivants, des explosions se sont produites qui ont entraîné le rejet d'importantes quantités d'éléments radioactifs.

ATS