Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des images provenant du Mandalay Bay, situé au sud du célèbre Strip (Las Vegas Boulevard), montraient une foule participant à un concert interrompu par des bruits ressemblant à des rafales d'arme automatique.

Keystone/EPA Las Vegas News Bureau/BILL HUGHES/LAS VEGAS NEWS BUREAU/ HANDOUT

(sda-ats)

Au moins 50 personnes ont été tuées lors de la fusillade qui a éclaté dimanche soir à Las Vegas, dans l'ouest des Etats-Unis, lors d'un festival de musique country, a déclaré le sherif de la ville Joe Lombardo. Plus de 400 personnes ont aussi été blessées.

Il s'agit de la fusillade la plus meurtrière de l'histoire des Etats-Unis. Le président américain Donald Trump a dénoncé lors d'une courte allocution le "mal absolu" après la fusillade.

Le tireur de Las Vegas, Stephen Paddock, 64 ans, s'est vraisemblablement tué avant l'arrivée des forces de l'ordre dans la chambre d'hôtel d'où il a tiré sur la foule du festival de musique, a annoncé lundi le shérif de la ville, Joseph Lombardo, à la presse.

L'homme avait été repéré au 32e étage de l'hôtel-casino Mandalay Bay, au sud du célèbre Strip (Las Vegas Boulevard).

Au moins 50 personnes ont été tuées et 406 blessées, selon un bilan toujours provisoire des autorités. Plus de dix fusils ont été retrouvés avec le tireur, a ajouté le shérif Lombardo, dont les services avaient annoncé auparavant avoir retrouvé huit armes à feu.

Revendication douteuse de l'EI

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué en cours de journée la fusillade meurtrière. Il a affirmé que son auteur s'était "converti à l'islam il y a quelques mois". Si la police américaine n'a pas encore avancé de mobile, elle penche toutefois plutôt pour un acte solitaire.

Aucun élément ne permet d'établir un lien entre le tireur de Las Vegas et une quelconque organisation terroriste, ont d'ailleurs déclaré deux hauts responsables du gouvernement américain. L'un des hauts responsables américains interrogés à ce sujet a même écarté toute implication du groupe djihadiste. Le tireur semblait avoir des antécédents psychiatriques, a déclaré la même source.

"L'auteur de l'attaque de Las Vegas est un soldat de l'Etat islamique, il a perpétré l'opération en réponse" aux appels de l'organisation à prendre pour cible les pays engagés dans la lutte contre l'EI, a indiqué Amaq, l'organe de propagande de l'EI, sans toutefois étayer cette affirmation.

Plus de 22'000 personnes au concert

La compagne de Stephe Paddock, un temps recherchée par les forces de l'ordre, a été localisée "à l'étranger", a-t-il dit. "Nous lui avons parlé et nous ne pensons pas qu'elle soit impliquée".

Il a précisé que plus de 22'000 personnes assistaient dimanche soir au festival de musique country Route 91 Harvest, en plein air, à proximité de l'hôtel Mandalay Bay.

Les circonstances de cette fusillade restent en revanche encore floues et les mobiles du tireur sont inconnus. Selon les premiers témoignages et de premières indications, des coups de feu ont été tirés contre de nombreuses personnes venues assister à ce concert du chanteur Jason Aldean, à proximité du Mandala Bay.

Dans un message sur Instagram, le musicien a indiqué que son groupe et lui étaient sains et saufs. "La soirée a été au-delà de l'horreur", a-t-il confié en dédiant "ses pensées et ses prières" à tous ceux qui se trouvaient dimanche à son concert.

Scènes d'affolement

Des images provenant du Mandalay Bay montraient une foule participant à un concert interrompu par des bruits ressemblant à des rafales d'arme automatique. Sur des photos prises au moment du concert, on peut voir plusieurs personnes blessées, allongées sur le sol devant la scène, parfois réconfortées par un proche.

La fusillade a provoqué un vaste mouvement de foule et des scènes d'affolement parmi le public du concert et dans la ville du Nevada, connue pour ses casinos et ses hôtels de luxe.

"Ça a commencé comme un bruit de verre brisé. On a regardé autour de nous pour savoir ce qui se passait. Quelques minutes plus tard, on a entendu pop-pop-pop-pop. On a pensé que c'était des feux d'artifice ou des pétards. Et on a réalisé que ce n'était pas le cas, que c'était des coups de feu", a raconté une spectatrice, Monique Dekerf à la chaîne CNN.

"On a pensé pour un moment, OK on va bien, il n'y a plus de tirs et puis ça a recommencé", a-t-elle ajouté. Sa soeur, qui assistait avec elle au concert, a estimé que "les tirs venaient de la droite (...). C'était juste là, pas loin de nous", a-t-elle raconté.

Interrogé par l'ats, le Département fédéral des affaires étrangères n'avait pour l'heure pas d'informations sur d'éventuelles victimes suisses.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS