Toute l'actu en bref

Le Resorts World Manila se situe près de l'aéroport international de Manille.

KEYSTONE/AP/BULLIT MARQUEZ

(sda-ats)

Au moins 36 corps ont été découverts vendredi dans un casino de Manille attaqué à l'arme automatique par un homme qui y a mis le feu, a déclaré la police philippine. L'assaillant a été retrouvé mort brûlé. L'attaque n'est pas terroriste selon la présidence philippine.

"Trente-six morts, par suffocation", a déclaré sur CNN Philippines le chef de la police de Manille, après l'attaque dans la nuit du Resorts World Manila, un hôtel-casino situé près de l'aéroport international de la capitale philippine. Un autre responsable de la police locale avait peu auparavant fait état de 34 morts.

D'après le chef de la police nationale philippine, un homme, qui semblait agir seul, est entré vers minuit dans une des salles de jeu. Il a tiré avec un fusil M4 sur un grand écran de télévision, puis a versé de l'essence sur une table de jeu et y a mis le feu. L'homme a ensuite chargé son sac à dos de jetons d'une valeur de 2,3 millions de dollars.

L'individu a disparu dans le chaos, la fumée et la foule des clients affolés. La police a alors lancé une chasse à l'homme qui a duré jusqu'à l'aube dans le casino, l'hôtel et le centre commercial qui font partie du Resorts World Manila.

Brûlé vif

A l'issue de l'opération, le responsable de la police a d'abord annoncé que le tireur avait été abattu par des policiers, avant de changer de version une heure plus tard en déclarant qu'il avait été trouvé mort après s'être suicidé par le feu.

"Le tireur isolé est neutralisé. Il est mort. Il s'est brûlé vif dans une chambre de l'hôtel", a ajouté le policier. "Il s'est allongé sur le lit, a mis une couverture sur lui, a, semble-t-il, versé de l'essence sur la couverture et s'est brûlé lui-même".

"Il semblait caucasien; il parlait anglais; il était grand et il était blanc, donc c'est probablement un étranger", a pour sa part déclaré le chef de la police de Manille.

L'attaque a créé la panique parmi les clients du complexe, qui ont cru à un attentat terroriste. Avant l'annonce du décès du tireur, l'Etat islamique (EI) avait revendiqué son action et le président des Etats-Unis Donald Trump avait évoqué "un attentat terroriste". Mais la présidence et la police philippines ont assuré que l'attaque n'était pas terroriste.

ATS

 Toute l'actu en bref