Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Géant de Beaver Creek: Albrecht réussit son come-back

Genf - Daniel Albrecht a bluffé son monde, lui compris, pour son retour à la compétition. En géant à Beaver Creek (EU), remporté par l'Américain Ted Ligety, le Valaisan a réussi de l'exploit de se qualifier pour la deuxième manche et de prendre la 21e place, 681 jours après avoir frôlé la mort à Kitzbühel (Aut).
"J'ai vécu cette course 1000 fois en rêve. Et franchement, je ne pensais pas être si rapide. Je suis extrêmement heureux et fier de moi", a lâché le Valaisan, après avoir reçu une ovation du public américain. "A mes yeux, ce retour a plus de valeur que mon titre mondial", a ajouté le champion du monde du super-combiné en 2007.
"Je n'ai pas trop cogité avant ce retour. La nuit précédente, j'ai dormi comme une souche. Avant de m'élancer, je n'ai pensé qu'à descendre le mieux possible", a raconté le miraculé de la Streif, victime d'un traumatisme crânio-cérébral et plongé trois semaines dans le coma artificiel après son crash du 22 janvier 2009.
Pas davantage perturbé par son dossard 13 (!), Albrecht a surtout impressionné en première manche, bouclée au 17e rang à moins de deux secondes du leader Ted Ligety. Plus prudent lors de son second passage, le vainqueur du géant de Beaver Creek en 2007 a rétrogradé au 21e rang final.
"J'étais plus nerveux qu'en première manche et je n'ai pas vraiment pu me lâcher", a-t-il reconnu. "Reste que je ne visais aucun classement particulier. Mon but était de me retrouver dans une situation de course. Je voulais absolument savoir où j'en étais et ce qu'il me restait à accomplir pour retrouver le plus haut niveau", a-t-il relevé.
Son entourage s'est montré autant surpris qu'admiratif. "C'est tout simplement fantastique. Son come-back n'aurait pas pu mieux se passer", a commenté son coach Sepp Brunner. "Lors des manches d'entraînement, il manquait de stabilité. C'est pourquoi personne n'aurait imaginé une si bonne performance en course", a-t-il continué.
Pour mémoire Brunner et l'entraîneur en chef des Suisses Martin Rufener avaient refusé que leur poulain s'élance le week-end passé en descente à Lake Louise (Can), notamment pour des raisons de sécurité. Ce n'est finalement qu'en fin de semaine qu'ils ont flanché devant la foi du Valaisan.
Reste maintenant à savoir quand Albrecht disputera sa prochaine épreuve. Déjà samedi prochain en géant sur la redoutable Face de Bellevarde de Val d'Isère ? "Il faudra en discuter avec lui", a noté Brunner.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.