Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les descendeurs autrichiens sont insatiables en cette fin de saison. Comme une semaine plus tôt à Saalbach (Aut), la "Wunderteam" a réussi le triplé à Garmisch (All).

A l'issue d'une descente sprint, amputée de près de 50 secondes en raison du brouillard et disputée dans des conditions de visibilité changeantes, Hannes Reichelt s'est imposé avec un centième d'avance devant Romed Baumann, tandis que Matthias Mayer a complété le podium.

On rappellera que les Autrichiens avaient vécu une débâcle historique en descente aux Mondiaux de Beaver Creek (EU), avec un 12e rang comme meilleur résultat. Mais depuis, piqués au vif par cette déroute, ils ont accaparé les places sur le podium en Coupe du monde dans l'épreuve reine, tant à Saalbach qu'à Garmisch.

A l'inverse, les Suisses ont rapidement chuté de leur piédestal après leur triomphe en descente aux Mondiaux. Samedi, le meilleur d'entre eux a été Didier Défago, classé au 9e rang, mais à seulement 23 centièmes du top 3. Dommage pour le skieur de Morgins qui, à quelques détails près, aurait pu monter sur le podium à l'issue de l'antépénultième descente de sa carrière.

Egalement partis avant que les conditions de visibilité ne s'améliorent, les autres Suisses ont livré des prestations très moyennes. Le nouveau champion du monde Patrick Küng s'est montré trop approximatif pour espérer mieux qu'une 12e place. Quant à Carlo Janka, à nouveau pénalisé sur le secteur de glisse, il a sombré au 23e rang.

De son côté, Beat Feuz s'est fait une grosse frayeur à la réception d'un saut. Le médaillé de bronze de Beaver Creek a atterri sur les talons, ne se récupérant que de justesse. Classé loin des meilleurs (27e), le skieur de l'Emmental peut s'estimer heureux de n'avoir pas chuté, lui qui accumule les pépins physiques (genou, épaule, adducteurs).

Programmée à 11h45 mais lancée seulement à 14h en raison du brouillard, cette descente avait vu également son départ abaissé. Du coup, au lieu des quelque deux minutes de course, les meilleurs ont franchi la ligne en 1'11. Et même si cela n'a pas été la même parodie qu'à Kitzbühel en janvier - moins d'une minute de course ! -, cette descente du Kandahar n'a pas eu la même saveur que d'habitude.

Dimanche à Garmisch, les techniciens seront à l'honneur avec un géant, programmé à 10h30 et 13h30.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS