Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Gay Pride s'inscrivait dans le cadre du festival coréen de la culture "queer"

KEYSTONE/EPA/KIM CHUL-SOO

(sda-ats)

Environ 10'000 personnes ont célébré samedi à Séoul les droits homosexuels lors de la Gay Pride. La pluie et une protestation de chrétiens conservateurs qui ont essayé de bloquer le défilé n'ont pas entamé leur engagement.

Environ 2000 policiers ont surveillé l'événement qui a débuté autour d'une place à l'extérieur de l'hôtel de ville, où les manifestants parfois peu vêtus ont agité des drapeaux aux couleurs de l'arc-en-ciel et dansé sur une scène. En face, des centaines de chrétiens lançaient des slogans pour inviter les homosexuels à "revenir vers Jésus-Christ".

L'homosexualité n'est pas illégale en Corée du Sud. Mais beaucoup de gays, lesbiennes et transsexuels se gardent de s'afficher en public, par crainte de discriminations dans ce pays très conservateur.

Les chars de la Gay Pride ont ensuite quitté la place pour gagner le centre de Séoul.

"Je suis content que la police soit là, comme ça on se sent protégé. Tous les pays ne feraient pas ça. Donc, je suis très heureux que cela se déroule dans un environnement sûr", a fait remarquer une Californienne sur place.

Selon certains sondages, l'acceptation des homosexuels est plus élevée en Corée du Sud depuis quelques années, notamment chez les jeunes. Et l'essor de la Gay Pride en est la manifestation. Le premier défilé organisé en 2000 avait rassemblé... 50 personnes.

ATS