Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Armés de pierres, les manifestants palestiniens ont été la cible de tirs à balles réelles de la part de l'armée israélienne.

KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER

(sda-ats)

Un Palestinien est décédé après avoir été blessé vendredi par des tirs de soldats israéliens près de la frontière. Sa mort porte à 17 le nombre de Palestiniens tués lors des manifestations, a indiqué lundi le ministère de la santé dans la bande de Gaza.

Faris al-Raqib, 29 ans, avait été blessé à l'estomac dans le sud de la bande de Gaza durant une marche qui avait réuni des dizaines de milliers de manifestants. Ceux-ci réclament "le droit au retour" des Palestiniens, qui, par centaines de milliers, ont été chassés de leurs terres ou ont fui lors de la guerre ayant suivi la création d'Israël en 1948.

Ce vendredi a constitué la journée la plus sanglante depuis la guerre de 2014 menée par Israël dans l'enclave palestinienne. Outre les 17 morts, plus de 1400 Palestiniens ont été blessés, dont 757 par des tirs à balles réelles, selon le ministère de la Santé.

Enquête indépendante exigée

L'usage de balles réelles contre des manifestants armés de pierres est au coeur des interrogations de la communauté internationale et des organisations de défense des droits humains.

Israël, qui considère son armée comme "la plus éthique du monde", a rejeté les appels internationaux à une enquête indépendante sur ces évènements. Une telle enquête est notamment réclamée par le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres et la représentante de la diplomatie européenne Federica Mogherini. La Suisse a soutenu cette requête.

Alliés indéfectibles d'Israël, les Etats-Unis ont de leur côté bloqué samedi soir un projet de déclaration du Conseil de sécurité de l'ONU appelant à une investigation.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS