Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Gaza: le Hamas annonce un cessez-le-feu avec Israël

Israéliens et Palestiniens se sont échangés des tirs de missiles. Ici, un immeuble détruit dans la bande de Gaza.

KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER

(sda-ats)

Le mouvement islamiste Hamas et les groupes armés palestiniens ont annoncé mardi soir un cessez-le-feu avec Israël conclu indirectement sur intercession égyptienne. Cet appel intervient après la plus sévère confrontation entre les deux camps depuis la guerre de 2014.

"Les efforts de l'Egypte ont permis d'aboutir à un cessez-le-feu entre la résistance et l'ennemi sioniste, et la résistance le respectera aussi longtemps que l'ennemi sioniste le respectera", ont annoncé les groupes dans un communiqué conjoint.

Aucune confirmation n'a été obtenue de la part d'Israël qui se garde généralement de corroborer directement des accords de trêve avec ses ennemis palestiniens. Seul le ministre de la Défense Avigdor Lieberman a publié un communiqué pour démentir avoir soutenu un arrêt des opérations israéliennes.

Gaza et le territoire israélien alentour ont connu entre lundi après-midi et mardi une escalade faisant redouter une quatrième guerre depuis 2008 dans l'enclave sous blocus coincée entre l'Etat hébreu, l'Egypte et la Méditerranée. En moins de 24 heures, au moins sept Palestiniens ont été tués et 26 blessés par la riposte israélienne aux centaines de roquettes tirées de Gaza, qui ont fait un mort et des dizaines de blessés en territoire israélien.

Roquettes contre frappes aériennes

De toutes les flambées de violences récentes, celle-ci a paru la plus susceptible de réduire à néant les efforts déployés depuis des mois par l'ONU et l'Egypte, intermédiaire historique à Gaza, pour forger une trêve durable entre Israël et le Hamas qui gouverne sans partage l'enclave. Ces efforts se sont poursuivis cette fois encore en plein accès de tensions.

Des roquettes ont continué mardi à décoller du territoire palestinien vers Israël, d'où se sont poursuivies les frappes contre des positions dans l'enclave. Mais les échanges se sont faits moins nourris après les hostilités qui ont duré jusqu'à mardi matin.

Des dizaines de milliers d'Israéliens d'Ashkélon et d'autres localités proches de l'enclave ont passé la nuit au rythme ininterrompu des sirènes les précipitant vers les abris ou les y confinant.

La bande de Gaza a, elle, résonné toute la nuit des frappes israéliennes. Ces frappes ont réduit à l'état de ruines des bâtiments de plusieurs étages comme le siège de la télévision du Hamas, anéanti dans des éclairs lumineux par de puissantes explosions soulevant d'immenses panaches de fumée et poussière.

Nerfs à vif

La vie était quasiment paralysée mardi dans l'enclave habituellement grouillante, dans l'appréhension d'une guerre aussi dévastatrice qu'en 2014. L'école a été annulée aussi bien dans Gaza que dans les localités israéliennes voisines de l'enclave éprouvée par les guerres, la pauvreté, les pénuries et le chômage.

Les résidents israéliens trahissaient aussi des nerfs à vif après une nuit d'angoisse et exprimaient, pour certains, leur ressentiment contre un gouvernement qui devrait à leurs yeux frapper plus fort les groupes palestiniens.

Depuis lundi, l'armée israélienne a dénombré environ 460 tirs de roquettes et d'obus de mortier, dont son système de défense antimissiles a intercepté une centaine, et a dit avoir frappé en retour 160 positions militaires du Hamas et de son allié, le Jihad islamique.

"Grave attaque"

L'armée a indiqué avoir envoyé des renforts d'infanterie et d'engins blindés sans, pour l'instant, rappeler les réservistes comme elle l'avait fait en 2014. Elle a aussi déployé des batteries antimissiles supplémentaires.

Entre lundi et mardi, Israël a fait face "sans aucun doute aux tirs de roquettes les plus intenses depuis l'été 2014" et "à la plus grave attaque de la part d'organisations terroristes contre les populations civiles israéliennes", a dit un porte-parole de l'armée, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus.

L'engrenage a été enclenché dimanche avec une incursion des forces spéciales israéliennes qui a apparemment mal tourné. L'opération s'est soldée par la mort d'un lieutenant-colonel israélien et de sept Palestiniens, dont un commandant local de la branche armée du Hamas, les brigades al-Qassam, et cinq autres membres de cette formation.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a réuni mardi son cabinet de sécurité, forum restreint chargé des questions les plus sensibles. Avant l'annonce d'un cessez-le-feu, les services de M. Netanyahu s'étaient contentés de rapporter que "le cabinet de sécurité (avait) donné pour instruction à l'armée de poursuivre ses opérations aussi longtemps que nécessaire". Le Conseil de sécurité de l'ONU devait, lui, se réunir mardi soir.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.