Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La conférence du porte-parole du Hamas Musheer Al-Masri mercredi soir à l'Université de Genève n'est pas passée inaperçue. A l'appel de l'Association Suisse-Israël, une centaine de personnes se sont rassemblées dans la rue pour exprimer leur indignation.

En permettant la tenue d'une conférence dans les murs de l'Université, et en accordant une salle publique à un représentant du Hamas, l'Etat de Genève a oublié son devoir éthique, a déclaré le président de l'Association Suisse-Israël, Pierre Weiss. Le rassemblement s'est déroulé dans le calme.

Un homme a bien tenté de narguer les manifestants en scandant sous leur nez des slogans pro-palestiniens, mais il a rapidement été éloigné par les forces de l'ordre. Le Hamas n'a rien de démocratique, a souligné M. Weiss, rappelant que le mouvement pratiquait l'élimination physique de ses opposants.

Pas fréquentable

Le rassemblement devait en premier lieu se tenir devant l'entrée de l'Université de Genève. La police a cependant obligé les manifestants à se réunir de l'autre côté de la rue. Ce qui a fait dire à l'avocat Luc Hafner: "les terroristes sont dans l'Université et les honnêtes gens sont sur le trottoir".

Pour les manifestants, le Hamas n'est pas fréquentable. La Suisse se distingue car elle est le seul pays occidental qui ne considère pas le mouvement islamiste palestinien comme une organisation terroriste, a relevé M.Hafner. Musheer Al-Masri était invité par l'association Droit pour tous et l'Union interparlementaire (UIP).

ATS