Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Tribunal correctionnel de Genève a acquitté un petit délinquant algérien de 29 ans accusé du meurtre d'un compatriote. Il a retenu la légitime défense dans la bagarre au couteau fatale qui a eu lieu en mars 2011 près de la gare.

Les deux protagonistes, séjournant illégalement, avaient eu une première altercation deux semaines auparavant. La victime, un copain issu du même milieu que le prévenu et qui sortait de prison, lui avait alors donné deux coups de couteau. Elle estimait avoir des droits sur l'amie du prévenu qui ne voulait pas de lui, a expliqué Monica Bertholet, avocate de ce dernier.

Son client a tout fait pour éviter de le croiser. Jusqu'au soir fatal du 29 mars 2011, où il a raccompagné son amie à l'arrêt de tram de la gare.

"Capacité de rédemption"

Les choses se sont alors passé très vite. Attaqué au couteau, le prévenu n'a pas eu d'autre choix que de sortir le sien, a raconté l'avocate. "Dans le feu de l'action", il l'a touché à la hauteur de l'aisselle droite et lui a sectionné l'artère. La victime décèdera quelques heures plus tard, mais le prévenu ne l'apprendra qu'à sa sortie d'hôpital où il a été opéré d'une blessure à la main.

"C'était l'un ou l'autre", a souligné Me Bertholet, plaidant l'acquittement. Selon elle, son client a "les capacités de rédemption". Le jeune homme veut désormais rentrer chez lui.

La lecture des faits est différente pour le Ministère public, qui a estimé que le prévenu s'était préparé à être attaqué en emportant un couteau et qu'il voulait se rendre justice. Faisant valoir un excès de légitime défense, la procureure a requis six ans de prison, une peine qui tenait compte du fait que l'accusé séjourne illégalement en Suisse.

ATS