Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Genève - Resaplus n'a plus d'espoir de voir débarquer Prince à Genève. Le concert de la star américaine reporté à deux reprises cet été a mis dans l'embarras la billetterie. Aujourd'hui, l'entreprise compte sur la justice pour désigner les responsabilités dans ce fiasco.
"Notre patience s'est éteinte, a relevé ce mercredi devant la presse le directeur de Resaplus Olivier Grandjean. Depuis deux mois, la billetterie avait observé une certaine réserve et encaissé les coups sans trop réagir pour laisser une chance à une solution négociée. Mais "la comédie a assez duré".
Resaplus a déposé au début du mois une plainte auprès du procureur général de Genève Daniel Zappelli. L'enquête devra déterminer si la billetterie a été victime d'un abus de confiance, voire, plus grave, d'une escroquerie. "Nous voulons laver notre honneur", a souligné M. Grandjean.
"J'espère que la justice va mettre les intervenants de cette affaire devant leurs responsabilités", a souligné M.Grandjean. Resaplus souhaite notamment que l'enquête éclaircisse le rôle joué par la fiduciaire genevoise qui représentait la société de Daniel Quarcoopome, et qui était a priori un gage de "sérieux".
Des billets ont été vendus et Resaplus a avancé près de 700'000 francs à la société du promoteur pour qu'elle puisse organiser le concert. "Nous voulons maintenant récupérer cet argent pour rembourser nos clients", a insisté M. Grandjean.
La justice devra maintenant établir les faits, a expliqué l'avocat de Resaplus Bertrand Reich. Selon lui, il faudra tout d'abord tenter de localiser Daniel Quarcoopome, puis reconstituer les flux financiers. Il se pourrait au final que le producteur n'ait rien fait de répréhensible, mais soit tout simplement un incompétent.
La Fédération romande des consommateurs (FRC) est également intervenue dans ce dossier, mettant en demeure la société de Daniel Quarcoopome. Ce dernier a téléphoné à la FRC lundi, a annoncé mercredi une juriste de la FRC présente à la conférence de presse. La contenu de la conversation n'a cependant pas été révélé.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS