Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Quatre ouvriers français employés par une entreprise française sur un chantier à Genève étaient payés 10,50 euros de l'heure. Il s'agit d'un nouveau cas "scandaleux de dumping social et salarial", a dénoncé lundi le syndicat Unia.

Cette affaire de sous-enchère salariale a été révélée par "20 Minutes". Le chantier en question est sous la responsabilité des Services industriels de Genève (SIG). Ces derniers avaient mandaté une entreprise suisse pour effectuer les travaux. Celle-ci a alors fait appel à un sous-traitant français, a expliqué Unia.

Le minimum conventionnel dans la branche se situe à "au moins 25 francs de l'heure". Les syndicalistes ont découvert le cas lors d'une visite de routine sur le chantier. Unia demande que la différence de salaire soit versée rétroactivement aux ouvriers concernés depuis le début des travaux.

ATS