Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les gardes-frontière ont découvert mercredi à la gare Cornavin 750 diamants blancs et noirs et quatre perles lors du contrôle d'un voyageur en transit. Les pierres étaient dissimulées sur ses jambes, dans diverses poches emballées dans des bas élastiques.

En provenance de Paris, le Brésilien de 58 ans a été appréhendé vers 10h30. La fouille corporelle a permis de découvrir deux genouillères autour de ses tibias, ont communiqué les gardes-frontière jeudi.

Pierres acquises légalement

Sous les protections étaient dissimulés des bas élastiques qui contenaient 4 perles de 23,22 carats, 750 diamants blancs, noirs et ambrés ainsi que diverses pièces de joaillerie. La valeur de la marchandise est estimée à environ 70'000 dollars (un peu moins de 62'000 francs).

L'homme, un négociant en diamants et joaillier, avait acquis les pierres tout à fait légalement en Belgique. Il disposait des certificats, a expliqué à l'ats Michel Bachar, chargé de communication du corps des gardes-frontière de la région de Genève.

Rien à déclarer

Le voyageur en "col blanc" a été interpellé pour avoir "omis" de déclarer une marchandise sensible, alors qu'il transitait par la Suisse pour rentrer dans son pays. Il a dû s'acquitter d'une amende de 4000 francs et déposer une caution d'environ 5000 francs jusqu'à l'exportation de sa marchandise.

Disposant d'un billet d'avion pour le Brésil, le négociant a été accompagné à l'aéroport de Genève. Les gardes-frontière se sont ainsi assurés qu'aucun diamant ne restait en Suisse, a précisé M. Bachar. Fait rare, l'homme s'est excusé des désagréments causés.

L'Administration fédérale des douanes est aussi là pour garantir que les marchandises soient taxées et qu'il y ait une égalité de traitement, a souligné le porte-parole. Malgré les accords de Schengen, les contrôles douaniers subsistent, a-t-il rappelé.

ATS