Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Conseil d'Etat genevois a présenté jeudi l'avant-projet de réhabilitation de la pointe de la Jonction. Son originalité: créer un campus des arts et des neurosciences sur ce "site exceptionnel". Il prévoit aussi une large place pour des espaces publics.

Intitulé "La nouvelle Jonction - arts, neurosciences cité", l'avant-projet proposé par les hautes écoles en septembre est novateur, a déclaré le président du Conseil d'Etat Mark Muller jeudi devant la presse. Sa plus-value réside dans la rencontre des arts et des neurosciences engagés conjointement dans la recherche et la formation.

Regrouper

Le projet prévoit de regrouper à la Jonction la Haute école de musique (HEM) et la Haute école d'art et de design (HEAD) aujourd'hui disséminées sur 14 sites. Quelque 1400 étudiants et professeurs devraient rejoindre le site.

Enfin de nombreux espaces seront proposés au grand public, tels que parcs, expositions, salle de spectacles "high tech" ou encore laboratoires pour enfants.

Emotions et cerveau

Les contours du projet sont encore flous, mais le Conseil d'Etat, ambitieux, veut créer le CERN du 21e siècle, a souligné le conseiller d'Etat en charge des constructions.

Genève veut se focaliser sur l'un de ses points forts, les recherches sur le cerveau. Cette mesure n'exclut pas des collaborations avec la Métropole lémanique et l'EPFL, a déclaré le ministre de l'économie et de la santé Pierre-François Unger.

Discussions avec les habitants

Le calendrier prévoit un concours d'urbanisme. L'Etat est propriétaire de la quasi totalité des lieux, ce qui lui permettra d'aller rapidement de l'avant, a précisé Mark Muller.

Le projet se fera en concertation avec les habitants et les artistes qui vivent dans le quartier, a promis le président du gouvernement. Il a toutefois déclaré ne pouvoir leur donner aucune garantie de pouvoir rester sur place.

Il est encore un peu tôt pour donner des chiffres sur le financement, relève Mark Muller. Mais le programme se chiffrera probablement en centaines de millions. Il fera l'objet d'un partenariat public-privé.

ATS