Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Genève a vécu un dimanche électoral sans surprise. Le PDC Guillaume Barazzone a été élu confortablement à l'exécutif de la Ville de Genève et les candidats de la liste interpartis n'ont laissé aucune chance à leur concurrent UDC pour l'élection à la Cour des comptes.

Seul un quart de l'électorat s'est rendu aux urnes. Ce taux de participation historiquement bas peut s'expliquer par le faible enjeu du scrutin et par le fait qu'une lassitude s'est probablement installée chez les Genevois, eux qui ont été passablement sollicités ces derniers temps pour des votations et élections.

Le candidat de l'Entente

Guillaume Barazzone, 30 ans, est député au Grand Conseil. Durant sa campagne, il a pu bénéficier de l'appui de l'Entente. Le PLR avait en effet renoncé à se lancer dans la course, préférant consolider son alliance avec son cousin démocrate-chrétien en soutenant son candidat dans la perspective d'échéances électorales futures.

Guillaume Barazzone a aussi bénéficié du désintérêt pour ce scrutin de la gauche. Le jeune politicien reprendra le département de l'environnement urbain et de la sécurité, laissé vacant par le PLR Pierre Maudet. Son entrée en fonction interviendra au plus tôt le 21 novembre.

Guillaume Barazzone a écrasé la concurrence. Il a recueilli 13'232 voix. L'UDC Eric Bertinat, appuyé par la droite populiste, arrive deuxième avec 6461 suffrages. Il est suivi par la représentante du Parti du Travail Salika Wenger avec 5963 voix. L'indépendant Didier Bonny, ex-PDC, ferme la marche avec 3915 voix.

Deux nouvelles têtes

Parallèlement à cette élection en Ville de Genève, les électeurs du canton devaient renouveler les six magistrats siégeant à la Cour des comptes. Comme pour le scrutin municipal, les favoris ont emporté la mise. Les candidats soutenus par les partis gouvernementaux n'ont laissé que des miettes à la droite dure.

Trois postes de magistrats titulaires étaient à repourvoir. La PLR Isabelle Terrier arrive en tête en obtenant 43'245 suffrages. Elle précède l'actuel président de la Cour des comptes, le Vert Stanislas Zuin, qui récolte 43'165 voix. Avec 42'626 suffrages, le socialiste François Paychère s'empare du troisième siège.

L'UDC Yves Nidegger, qui s'est lancé dans la bataille avec l'appui du Mouvement citoyens genevois (MCG) dans l'espoir de contrer cette liste interpartis, ne récolte que 21'275 voix. Les partis gouvernementaux ont également réussi à placer tous leurs candidats pour les trois postes de suppléants qui étaient en jeu.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS