Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le procureur général de Genève Daniel Zappelli quitte ses fonctions. Son départ est prévu le 31 mars 2012. M. Zappelli, 47 ans, a été élu au poste de procureur général en 2002. Il effectue actuellement son deuxième mandat à la tête du Ministère public genevois. Ce mandat aurait dû se terminer en 2014.

Le magistrat radical a fait part de sa décision de démissionner lundi matin, dans un courrier adressé au personnel du Ministère public. Selon le porte-parole du pouvoir judiciaire Vincent Derouand, M. Zappelli a indiqué dans son courrier vouloir éviter les blocages.

Reste maintenant à lui trouver un successeur. En principe, son remplaçant ne devrait pas être désigné par une élection populaire. Daniel Zappelli est pris dans la tourmente depuis le départ en bloc il y a un mois de ses quatre adjoints.

Le quotidien "Le Temps" a publié des extraits du message de M. Zappelli à ses collaborateurs. "C'est à la seule et unique raison de lever certains obstacles et d'assurer le meilleur fonctionnement possible du Ministère public que j'ai décidé d'anticiper la fin de mon mandat", a écrit le magistrat dans un courrier électronique.

Surprise du parti libéral-radical

Du côté du parti libéral-radical, qui a toujours officiellement apporté son soutien à M. Zappelli, la surprise a été totale. "Nous n'étions pas au courant", a fait savoir le secrétaire général du PLR Rolin Wavre. Le parti a estimé que le procureur général a pris une décision courageuse, même s'il a dit regretter ce départ.

M. Zappelli a visiblement eu de la peine à assurer la mue de la justice genevoise, rendue nécessaire avec l'entrée en vigueur du nouveau code de procédure pénale. Il y a un mois, découragés, ses quatre adjoints avaient jeté l'éponge. Le procureur général avait alors encaissé le coup et affirmé ne pas vouloir quitter le navire.

M. Zappelli avait aussi indiqué sa volonté de trouver rapidement quatre nouveaux adjoints parmi les procureurs en poste. Il en avait appelé à la responsabilité des magistrats, mais visiblement les candidatures n'ont pas été légion.

ATS