Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les deux-roues motorisés seront autorisés à emprunter six tronçons de voie de bus dès ce printemps, pour une phase de test d'une année. La mesure pourrait ensuite être appliquée plus largement sur le territoire genevois.

Les motos et les scooters qui circuleront sur les voies de bus ne risqueront plus une amende de 60 francs dès fin mai-début juin. "Cette mesure vise à faciliter le déplacement des deux-roues motorisés tout en soulageant les voies de circulation", précise Luc Barthassat, conseiller d'Etat en charge du Département de l'environnement, des transports et de l'agriculture (DETA).

Les six tronçons ont été choisis en raison de leur fort trafic. Un seul se situe dans l'hypercentre: le pont du Mont-Blanc. Lorsqu'ils les emprunteront, les deux-roues motorisés devront respecter le marquage ainsi que le feu de signalisation "voie bus" et non plus celui de la voie normale.

Une mesure pas généralisée

Le magistrat reconnaît qu'il existe actuellement une certaine tolérance pour les nombreux usagers qui roulent déjà sur les voies de bus. "Nous voulons voir si ce système fonctionne ou s'il pose des problèmes. Si cela en vaut la peine, il pourrait être élargi, mais ne sera en aucun cas généralisé", explique Luc Barthassat.

Le conseiller d'Etat a visité plusieurs villes pour "prendre des idées" permettant de fluidifier le trafic. Cette mesure est notamment appliquée à Zurich et à Londres: "Elle fonctionne très bien et ne retarde pas la vitesse commerciale. En plus, cela évite que les deux-roues ne zigzaguent entre les véhicules. La sécurité est ainsi améliorée.".

En parallèle, le DETA entend continuer "d'augmenter un maximum" le nombre de places de stationnement pour les deux-roues. Il en a déjà créé 827 entre 2014 et 2015. Il a également lancé un programme d'aménagement des glissières. Toutes celles qui étaient à haut risque ont déjà été équipées de protections pour motards. A terme, les 37 kilomètres de glissières du canton seront sécurisés.

Le nombre de motos et de scooters a été multiplié par deux en vingt ans à Genève.

ATS