Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'homme qui avait asséné 43 coups de couteau à une prostituée et l'avait égorgée dans son studio des Pâquis, en mai 2008, écope définitivement de quinze ans de prison pour assassinat. Le Tribunal fédéral (TF) a confirmé le verdict de la justice genevoise.

Ce Marocain de 47 ans, père de deux enfants et vivant séparé de son épouse, avait consommé des stupéfiants avant le crime. Il n'a jamais expliqué les motifs de son acte, qualifié d'"atroce et barbare" par le Ministère public genevois lors du procès, qui s'était déroulé en décembre 2010 devant la Cour d'assises.

Faute "très grave"

Dans son arrêt, le TF rappelle que la sanction de quinze ans de prison se situe dans le cadre légal, puisque la peine minimale pour l'auteur d'un assassinat est de dix ans et que la peine la plus sévère est la privation de liberté à vie.

"La faute du recourant est objectivement très grave", relèvent les juges fédéraux. Elle est toutefois légèrement diminuée "en raison de la responsabilité faiblement restreinte due à une polytoxicomanie au moment des faits".

Rien ne permet de conclure à un abus du large pouvoir d'appréciation accordé à la Cour d'assisses genevoise, conclut le TF. En juin 2011, la Cour de cassation genevoise avait déjà écarté un premier recours de l'assassin.

ATS