Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A Genève, les résultats d'une thermographie aérienne ciblant toutes les toitures du territoire cantonal sont disponibles sur Internet. Les propriétaires peuvent bénéficier de conseils d'experts pour interpréter ces données et poser un diagnostic énergétique sur leur bâtiment.

"Plus de 35'000 bâtiments consomment la moitié de l'énergie totale utilisée dans le canton", a indiqué vendredi Isabel Rochat, cheffe du département de l'environnement (DSPE). Le plus grand potentiel d'économie d'énergie se trouve dans l'amélioration de l'efficacité énergétique du parc immobilier, a relevé la conseillère d'Etat.

Le survol du canton a été réalisé début 2010 par un hélicoptère et un avion équipés de caméras infrarouges. Les données ont été synthétisées sur une carte. Ces images très colorées qui permettent de mesurer les déperditions de chaleur des bâtiments sont toutefois difficiles à interpréter pour des non-spécialistes.

"Eco-conseils" personnalisés

D'où l'idée de proposer aux propriétaires intéressés des "éco-conseils" personnalisés à un tarif préférentiel. Des ingénieurs ont d'ailleurs été spécialement formés pour cette tâche. Le spécialiste réalise un diagnostic de l'efficacité énergétique du bâtiment, identifie les travaux à réaliser et chiffre les économies prévues.

Cet ingénieur se penche aussi sur le potentiel solaire des toitures avant de proposer un projet de rénovation. Il rappelle aussi la marche à suivre pour solliciter des subventions. La prestation minimale coûte 50 francs au propriétaire (plus 175 francs à la charge de l'Etat) et la variante plus élaborée revient à 100 francs au propriétaire (plus 225 francs à la charge de l'Etat).

Etant donné que cette mesure est incitative, il est difficile de chiffrer le nombre de propriétaires susceptibles d'être intéressés. Mais une enveloppe de 100'000 francs a été dégagée pour cette offre valable jusqu'en mars 2013, selon Mme Rochat. L'objectif est vraiment de pousser les propriétaires à engager des travaux d'assainissement, a souligné Mme Rochat.

ATS