Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un audit demandé par la conseillère d'Etat Isabel Rochat épingle la direction générale de l'Office pénitentiaire genevois. Le rapport rendu public jeudi préconise une réorganisation complète de cet office. Première mesure concrète: la nomination d'une directrice générale ad intérim.

"L'avenir de l'Office pénitentiaire (OFPEN) à court terme est en jeu", conclut l'audit. Cet office n'est ni en mesure de répondre aux missions qui sont les siennes, ni d'assurer un fonctionnement stable et pérenne, ni d'absorber les projets en cours et futurs de manière cohérente, relève encore ce rapport.

La direction générale de l'OFPEN est actuellement inexistante, a relevé Moreno Sella, l'un des deux auteurs de l'audit. L'organisation globale n'est pas adaptée et l'OFPEN se compose d'une mosaïque d'entités indépendantes, a-t-il ajouté, en insistant aussi sur le manque de communication entre les services et sur la démotivation du personnel.

Nouvelle cheffe par intérim

Une réorganisation complète est nécessaire pour assurer l'avenir de cet office et surtout lui permettre, à terme, de faire face sereinement à la gestion de plus de 300 places de détention supplémentaires, estime la cheffe du Département de la sécurité (DSPE). En 2016, les estimations prévoient un total de 857 places de détention, avec la réalisation notamment des projets Curabilis et New Medico.

Isabel Rochat a annoncé dans la foulée la nomination de Sandra Favre de Oliveira au poste de directrice ad intérim. Cette dernière travaille déjà à l'OFPEN en tant que responsable administrative et financière et remplacera le directeur général qui est en arrêt maladie depuis novembre dernier pour une durée indéterminée.

La responsable ad intérim de l'OFPEN sera aidée par deux spécialistes du domaine pénitentiaire, Henri Nuoffer, secrétaire général de la conférence latine de justice et police et Marcel Scheibler, consultant et ex-directeur du service pénitentiaire neuchâtelois. Ils devront mettre sur pied la réorganisation.

ATS