Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une nouvelle source pour les amateurs de jardinage (Photo prétexte).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La première grainothèque de Genève a ouvert ses portes mercredi, dans les locaux de la bibliothèque de Saint-Jean. Elle a été créée par un groupe d'associations de jardinage urbain. Les amateurs pourront y faire des échanges.

"Nous avons constitué un fonds de départ avec des graines provenant d'un semencier alémanique", a expliqué Caroline Dommen, de l'Association les Jardins des Délices. Les associations de jardins urbains ont également participé à cet apport initial. Le public viendra ensuite avec ses propres graines à échanger.

Graines bio

La seule contrainte sera de déposer des semences bio. "Nous faisons confiance aux gens", a souligné Mme Dommen. La provenance des graines devra être indiquée, de même que la variété et l'année de récolte. La personne qui viendra chercher des graines ne devra prendre que la quantité dont elle a besoin.

La grainothèque vise à promouvoir le jardinage urbain. En Suisse romande, il en existe une à la bibliothèque municipale de Vevey depuis une année. L'idée a aussi fait son chemin en France, sous l'impulsion de groupes de jardiniers urbains. Des personnes qui souhaitent notamment savoir d'où provient ce qu'elles mangent.

Faciliter l'accès aux semences par la création de la grainothèque servira aussi à démontrer que tout jardinier peut s'affranchir des semences standardisées issues du commerce. Le projet devrait aussi favoriser le développement de variétés adaptées au territoire genevois.

Jardiniers d'appartement

La grainothèque est en outre un instrument de promotion du jardinage urbain et de la biodiversité. Elle vise à encourager de nouvelles personnes à cultiver des fruits et des légumes sur leur balcon ou dans leur appartement. "Je connais une dame qui produit d'excellentes tomates dans son salon", a relevé Mme Dommen.

La grainothèque proposera aussi tout au long de l'année des ateliers pour apprendre à produire soi-même ses graines, des conférences, des soirées-débats et des animations autour des thèmes des semences, de l'agriculture et du jardinage. Une permanence sera assurée tous les mercredis à la bibliothèque de Saint-Jean.

Gros succès à Vevey

A Vevey, le projet a rencontré un énorme succès, selon Yan Buchs, conservateur de la bibliothèque municipale. Seul souci: les lecteurs-jardiniers ont mis du temps à rapporter les graines. "Il a fallu attendre entre six mois et une année", raconte-t-il, à tel point que la bibliothèque s'est trouvée momentanément en rupture de stock pour les graines de tomates et a dû demander l'aide de Pro Specie Rara.

A quelques semaines de la reprise des travaux de jardinage, les réserves sont à nouveau reconstituées. Le responsable ne dispose pas de chiffres sur le nombre de passionnés venus échanger leurs graines mais l'affluence a dépassé toutes les attentes. Il se réjouit de l'ouverture de la grainothèque à Genève. "On ne peut qu'espérer qu'il y en ait plus en Suisse romande", selon M. Buchs.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS