Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Nelson Mandela, figure de la lutte anti-apartheid en Afrique du Sud décédé en 2013, a désormais un monument à sa mémoire à Genève. Situé à deux pas du siège de l'ONU, le mémorial a été inauguré jeudi.

L'oeuvre, créée par Léonard de Muralt, un étudiant de la HEAD - Genève, représente un espace de 4 m2, délimité par des mâts de drapeau de 12 mètres de haut. Cette surface représente la taille de la cellule dans laquelle été enfermé Nelson Mandela durant 18 ans, à Robben Island. Les mâts font penser à des barreaux.

Mais aucun toit ne coiffe ces mâts qui sont prolongés uniquement par le ciel. Pour l'Ambassadeur de l'Afrique du Sud auprès de l'ONU à Genève, Abdul Samad Minty, le monument illustre parfaitement comment Nelson Mandela a pu, avec ses valeurs et ses principes de paix et de pardon, transcender sa prison.

Le sol du mémorial est recouvert de graviers blancs. Ils évoquent la carrière de craie dans laquelle Nelson Mandela a été condamné à travailler, sous un soleil éblouissant, a expliqué Léonard de Muralt. Le mémorial veut aussi symboliser la transformation spirituelle de "Madiba" lors de sa détention sur Robben Island.

L'oeuvre a été baptisée "Hating only harms the hater" (La haine nuit seulement à celui qui hait). Cette phrase a été prononcée par Nelson Mandela à Oslo, lors d'une conférence sur l'anatomie de la haine. Les mâts de l'installation répondent à aux mâts qui ornent l'entrée de l'ONU, située à quelques encablures de l'installation.

L'initiative de ce monument revient au Grand Conseil genevois qui avait adopté une motion demandant la création d'un mémorial en hommage à Nelson Mandela. Le Conseil d'Etat genevois y avait répondu "très favorablement". L'organisation du concours avait été confiée à la HEAD.

ATS