Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Genève - Genève ne peut plus accueillir une grande entreprise, en l'absence des logements, des terrains et des infrastructures nécessaires. Le conseiller d'Etat genevois Pierre-François Unger s'est inquiété ce lundi de "facteurs critiques" pour la promotion économique du canton.
"Nous hésiterions à accueillir une entreprise de 5000 employés, car nous ne saurions pas où loger les employés et leur famille", a constaté le conseiller d'Etat, lors de la présentation d'une étude sur la politique économique du canton par l'Institut Créa de macroéconomie appliquée de l'Université de Lausanne.
"On doit construire des logements, améliorer la mobilité, densifier les zones industrielles en hauteur", a déclaré le responsable genevois de l'économie. L'étude de l'institut Créa insiste sur la nécessité de diversifier l'économie du canton et d'en améliorer les conditions-cadre.
Elle met en garde notamment contre une trop forte dépendance de l'économie genevoise à l'égard du secteur financier. "C'est une branche très volatile. Elle peut faire plonger l'économie du canton. Il faut renforcer les autres branches, comme la chimie et l'horlogerie, et développer les nouveaux pôles de compétences", a affirmé Délia Nilles, directrice adjointe de l'Institut Créa.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS