Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après deux victoires, Genève-Servette ne sait plus gagner. A Lugano, les Grenat ont subi leur quatrième défaite de rang en s'inclinant 5-1 tout en perdant Romy et Antonietti sur blessure.

Genève-Servette serait-il en perdition? Depuis ses deux victoires en ouverture de championnat contre Ambri-Piotta et Langnau, le club de Chris McSorley n'a plus été capable d'engranger le moindre point. En se déplaçant à Lugano, décevant onzième, les Genevois espéraient se refaire une santé. Malheureusement pour les Aigles, les Tessinois ont su retrouver un peu de contenance et un brin d'efficacité des deux côtés de la patinoire. Pire, ils ont perdu Kevin Romy et Eliot Antonietti. Le centre de l'équipe de Suisse a pris le puck dans le visage et le grand défenseur a dû sortir sur une civière en raison d'un choc au genou.

Mais avant cela, le GSHC n'avait jamais eu l'occasion d'entrer dans la partie. Les Tessinois ont asphyxié le club du bout du Léman en l'agressant perpétuellement. Et lorsque les Luganais transforment leurs occasions, il devient difficile de les freiner. Surtout si le topscorer Fredrik Pettersson se met au niveau de sa saison dernière. Aérien et si habile techniquement, le Suédois s'est bien amusé avec l'arrière-garde grenat, mais il a dû rentrer au vestiaire avant la fin de la rencontre (commotion?). Du coup les Genevois ont passé le match "en reculant", totalement incapables de contrarier la formation de Patrick Fischer.

Même à 5 contre 4 pendant trois minutes à la suite de la pénalité de match contre Chiesa pour avoir sorti le genou sur Eliot Antonietti, les Aigles ont gardé le bec cloué. Damien Brunner s'est même fait un malin plaisir d'inscrire le 5-1 en infériorité numérique. Dommage que la fin de la rencontre se soit changée en zone de conflit entre émeutiers avec coups vicieux et charges violentes.

Contraints de rentrer par l'Italie et le tunnel du Mont-Blanc en raison de la fermeture du Gotthard, les Genevois n'auront pas été épargnés. Il leur faudra se recomposer afin d'offrir une résistance plus honorable contre Bienne, surprenant co-leader du championnat.

ATS