Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tourisme et insécurité ne font pas bon ménage. Le directeur général de Genève Tourisme Philippe Vignon le rappelle lundi dans une interview accordée à la "Tribune de Genève". Il s'attend à perdre entre 10'000 et 15'000 visiteurs cette année.

"Les touristes sont particulièrement visés par les petits délinquants à Genève, par rapport à d'autres villes dans le monde", relève M. Vignon. Les plaintes auprès des tour-opérateurs sont plus fréquentes. Elles émanent de visiteurs du Moyen-Orient, de Chine, d'Inde "et même du Brésil".

"Nous percevons que parmi les acteurs de l'industrie touristique à l'étranger il y a une nette dégradation de la perception des conditions de sécurité à Genève", souligne M. Vignon. La ville du bout du lac ne peut plus aujourd'hui s'appuyer sur son image "d'îlot de sécurité" pour attirer les touristes.

"Tourist angels"

Genève Tourisme donne des conseils aux visiteurs en matière de sécurité. Des flyers sont distribués concernant les joueurs de bonneteau et des "tourist angels" tournent durant l'été pour rencontrer les visiteurs et les mettre en garde. Les hôteliers font également d'importants efforts de prévention.

Pour M. Vignon, "une présence policière constante et visible à la gare de Cornavin aurait le mérite de rassurer". Le directeur général de Genève Tourisme déplore une perte de contrôle en matière de sécurité, prenant l'exemple de cette milice créée par des habitants contre le bonneteau.

ATS