Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

GM a pâti des charges liées à son retrait du marché européen (archives).

KEYSTONE/AP/DAVID GOLDMAN

(sda-ats)

General Motors (GM) a annoncé mardi un plongeon de 42% de son bénéfice net au deuxième trimestre, plombé par des charges liées à la cession de sa marque européenne Opel/Vauxhall et à la restructuration de ses autres opérations à l'international.

Le bénéfice net est ressorti à 1,66 milliard de dollars (1,56 milliard de francs), mais s'est traduit par un bénéfice par action ajusté des éléments exceptionnels, référence en Amérique du Nord, de 1,89 dollar, contre 1,69 dollar attendu en moyenne par les analystes.

Le constructeur automobile a pâti des charges d'un montant total de 1,23 milliard de dollars, dont 770 millions liés à son retrait du marché européen. GM y cède Opel/Vauxhall au constructeur français PSA Peugeot Citroen. Ces charges mises de côté, le bénéfice d'exploitation n'a reculé que de 4,3% sur un an à 3,68 milliards de dollars.

Le chiffre d'affaires, qui ne tient plus compte des revenus générés en Europe, est ressorti à 37 milliards de dollars, a indiqué GM, qui a vendu 2,34 millions de véhicules au deuxième trimestre, en baisse de seulement 2%. Les attentes des analystes, qui prenaient en compte l'Europe, sont de 40,15 milliards de dollars.

Le premier groupe automobile américain a réussi à contrer le ralentissement des ventes aux Etats-Unis en continuant à écouler davantage de SUV et pickups, ces grosses voitures aux marges plus importantes, de sorte que les réductions annoncées de sa production ont eu un impact limité sur sa performance financière.

ATS