Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le gouvernement du président du Ghana Nana Akufo-Addo (au centre) devrait compter 110 membres, avec 40 ministres, 50 ministres délégués et 20 ministres régionaux. C'est un record dans l'histoire de ce petit pays ouest-africain (archives).

KEYSTONE/EPA/CHRISTIAN THOMPSON

(sda-ats)

Le président du Ghana Nana Akufo-Addo, sous le feu des critiques après la nomination d'un gouvernement de 110 membres, s'est justifié à la télévision nationale vendredi soir. Il a affirmé qu'il s'agissait d'un "investissement nécessaire" pour redresser le pays.

De nouvelles nominations ont eu lieu mercredi, élargissant l'exécutif à un total de 110 membres, avec 40 ministres, 50 ministres délégués et 20 ministres régionaux. C'est un record dans l'histoire de ce petit pays ouest-africain.

"Je suis conscient que les gens sont préoccupés par ce grand gouvernement qu'ils considèrent comme coûteux", a déclaré le chef de l'Etat dans une interview à la télévision nationale.

Toutefois, a-t-il précisé, "parmi les ministres délégués, 42 sur 50 sont des parlementaires, et en les convertissant en ministres, le coût de cette transformation est minimal pour les finances publiques".

Redresser l'économie

"Les gens qui viennent dans ce gouvernement viennent pour travailler, ce ne sera pas les vacances", a ajouté le président Akufo-Addo, élu en décembre dernier sur la promesse de redresser l'économie du pays et de lutter contre la corruption. "Cet investissement est nécessaire".

"Si au bout du compte notre stratégie pour (doper) la croissance économique réussit d'ici un an, deux ans ou trois ans (...) je crois que ce que vous appelez 'brouhaha' s'avérera n'être précisément que cela, du 'brouhaha'", a-t-il affirmé.

"Inappropriée"

L'annonce de ce gouvernement a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux et dans les médias, où de nombreux Ghanéens - opposition en tête - ont exprimé leur mécontentement ou leur surprise.

L'augmentation du nombre de ministres est "inappropriée", a affirmé à l'AFP George Lawson, secrétaire général adjoint du principal parti d'opposition, le Congrès National Démocratique (NDC) du président sortant John Dramani Mahama.

"Les mêmes personnes qui se sont insurgées quand John Mahama a nommé 84 ministres, en nomment maintenant 110", a-t-il raillé. Et de suggérer que l'administration actuelle essayait d'entrer dans le livre des records et accusant le nouveau président d'avoir voulu "donner du boulot à ses gens".

Le début du mandat de Nana Akufo-Addo avait déjà été entaché d'une première polémique en janvier, des députés ghanéens ayant réclamé l'ouverture d'une enquête sur des allégations de tentative de corruption visant le ministre de l'Energie. Il est soupçonné d'avoir tenté de soudoyer certains membres du comité parlementaire d'examen des candidatures pour approuver sa nomination.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS