Les Algériens sont très massivement descendus dans la rue vendredi, principalement à Alger. Ils protestent contre la prolongation sine die de son mandat par le président Abdelaziz Bouteflika, au-delà du terme prévu.

Il s'agit du 4e vendredi consécutif de contestation nationale contre le chef de l'Etat qui a annoncé lundi le report de l'élection présidentielle prévue le 18 avril.

A Alger, même si le nombre de manifestants était difficile à établir en l'absence de chiffres officiels, la mobilisation a été au moins similaire à celle du vendredi précédent, jugée exceptionnelle par les médias et analystes algériens.

Oran, Constantine et Annaba, les 2e, 3e et 4e villes du pays ont également été le théâtre de mobilisations très importantes, comme la semaine dernière, selon des journalistes de médias locaux sur place.

Les Algériens ont aussi défilé en nombre dans de nombreuses villes, selon les images relayées par les réseaux sociaux et des témoignages. Des sources sécuritaires ont recensé des défilés dans au moins la moitié des préfectures du pays, du Nord au Sud.

Ambiance festive

A Alger, autour du carrefour de la Grande-Poste, bâtiment emblématique du coeur de la capitale, hommes, femmes et enfants ont arpenté dans une ambiance festive, avenues et rues, dont une grande partie était désertée par la police.

Le carrefour est resté longtemps noir de monde, comme les rues qui y mènent, notamment une large avenue où un cortège compact s'étirait sur plus de deux kilomètres, selon une journaliste de l'AFP sur place.

"On voulait des élections sans Boutef, on se retrouve avec Bouteflika sans élections", pouvait-on lire sur une pancarte. "Quand on dit 'non au 5e mandat', il (Bouteflika) nous dit 'on garde le 4e, alors'", indiquait une autre.

Heurts localisés

Les cortèges se sont à nouveau déroulés globalement sans incident conformément au mot d'ordre "pacifique" de cette contestation inédite depuis l'élection de M. Bouteflika il y a 20 ans.

Seuls des heurts localisés ont été signalés près du centre d'Alger, entre la police et quelques centaines de jeunes lançant des pierres sur un cordon barrant une avenue menant à la présidence de la République.

Les affrontements ont fait des blessés, selon une journaliste de l'AFP sur place. A la fin du cortège à la tombée de la nuit, des dizaines de jeunes, armés de sacs poubelles, ont nettoyé les rues. Dans le centre d'Alger, de nombreux volontaires ont également ramassé les détritus.

Agé de 82 ans, M. Bouteflika est affaibli par les séquelles d'un AVC qui l'empêchent de s'adresser aux Algériens depuis 2013 et rendent ses apparitions publiques rares.

Présidentielle repoussée

La contestation a été déclenchée le 22 février après la décision du chef de l'Etat de briguer un 5e mandat. Face aux manifestations réclamant qu'il renonce à sa candidature, il a repoussé la présidentielle jusqu'à l'issue d'une Conférence nationale devant réformer le pays et élaborer une nouvelle Constitution.

Cette annonce prolonge de facto son mandat, au-delà de son expiration le 28 avril. La date de la Conférence n'a pas été précisée.

De nombreux manifestants venus de province ont expliqué à l'AFP avoir passé la nuit à Alger chez des parents ou amis, craignant de ne pouvoir rejoindre la capitale vendredi en raison de barrages ou en l'absence de transports publics.

"Vous faites semblant de nous comprendre, on fait semblant de vous écouter", ont indiqué des pancartes de manifestants, en réponse aux efforts déployés par le pouvoir pour tenter de convaincre que le chef de l'Etat avait répondu à la colère des Algériens.

Toute la semaine, les appels à manifester massivement vendredi ont été relayés par les réseaux sociaux, avec des mots-dièses explicites: "#Ils_partiront_tous", "#Partez!". Et souvent une touche d'humour: une image conjugue le verbe "marcher": "je marche, tu marches (...) ils partent".

De la peine à convaincre

Jeudi devant la presse, le nouveau Premier ministre Noureddine Bedoui, qui a remplacé le très impopulaire Ahmed Ouyahia, et le vice-Premier ministre Ramtane Lamamra, diplomate chevronné, ont peiné à convaincre.

Une nouveauté: de nombreuses pancartes à Alger ont fustigé la France, ancienne puissance coloniale, et son président Emmanuel Macron qui a "salué la décision du président Bouteflika", tout en appelant à une "transition d'une durée raisonnable".

"C'est le peuple qui choisit, pas la France", proclamait une grande banderole. "L'Elysée, stop! On est en 2019, pas en 1830", date de la conquête de l'Algérie par la France, rappelait une pancarte.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.