Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Mitt Romney et Newt Gingrich se sont mutuellement pris pour cible mercredi. Le premier a dévoilé un nouveau clip vidéo dans lequel il dénonce les activités de lobbyiste de son rival. Le second a critiqué la position défendue par M. Romney en matière d'immigration.

L'ancien président de la Chambre des représentants a fustigé la position défendue par M. Romney, qui a affirmé lundi privilégier un système où les reconduites à la frontière de clandestins seraient volontaires plutôt qu'imposées par les autorités. Il a jugé cette idée irréaliste et en a profité pour critiquer la fortune de son adversaire, révélée par ses déclarations fiscales.

"Il faut vraiment vivre dans un monde de comptes en Suisse et aux îles Caïman et de revenu annuel de 20 millions de dollars garantis sans travailler, pour vivre dans une pareille illusion, aussi éloignée de la réalité", a dénoncé M. Gingrich dans un forum à Miami.

La vidéo du camp Romney, ciblée en vue d'une diffusion dans le Nevada, s'emploie à lier M. Gingrich à la crise immobilière américaine. Les effets de cette crise se sont particulièrement fait ressentir dans cet Etat de l'Ouest, qui a connu ces cinq dernières années le taux de saisies immobilières le plus élevé du pays.

"Pendant que les familles du Nevada perdaient tout durant la crise immobilière, Newt Gingrich passait à la caisse", accuse le spot. "Gingrich a reçu plus de 1,6 million de dollars par la sulfureuse agence ayant contribué à créer la crise", poursuit la vidéo, faisant référence aux liens de Newt Gingrich avec la société de crédit immobilier Freddie Mac.

La vidéo s'achève par une image de M. Gingrich à côté d'une photo du président Barack Obama. Le commentaire assure: "Si Newt gagne, cet homme sera très heureux".

L'écart s'est resserré entre les deux prétendants à l'investiture républicaine en vue de l'élection du 6 novembre. Un caucus aura lieu le 4 février dans le Nevada. Auparavant, les républicains de Floride seront appelés mardi à désigner leur candidat favori.

ATS