Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Givaudan a vu une année 2017 savoureuse en dehors de sa rentabilité

Givaudan a réalisé un exercice 2017 positif, réussissant à progresser dans tous les segments et régions (archives).

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

L'année 2017 a été savoureuse pour Givaudan. Le bénéfice net du numéro un mondial des arômes et parfums a progressé de 11,7% sur un an, à 720 millions de francs. Malgré une rentabilité en recul, le groupe genevois annonce de possibles nouvelles acquisitions.

"Sur de nombreux points, l'année a été exceptionnelle", a estimé vendredi dans l'après-midi le directeur général Gilles Andrier. "Dans un contexte d'amélioration de l'environnement durant la seconde moitié de l'année", ajoute-t-il dans le rapport annuel.

Le chiffre d'affaires a augmenté de 8,3% pour dépasser pour la première fois les 5 milliards de francs, à 5,1 milliards. Sur une base comparable, cette avancée atteint 4,9%. Autre indication, la capitalisation sur les marchés est supérieure à 20 milliards de francs.

M. Andrier se dit "confiant" pour l'application de la politique adoptée d'ici 2020. En moyenne sur une période de cinq ans, la société vise à faire mieux que le marché. Elle souhaite une croissance du chiffre d'affaires de 4% à 5% et un flux de trésorerie de 12% à 17% du chiffre d'affaires.

En 2017, la croissance des ventes a été alimentée par des facteurs organiques, sur tous les segments de produits et toutes les régions, et par les récentes acquisitions. Moins élevées parmi les deux unités, les ventes de la division Parfums se sont établies 2,3 milliards de francs, en progression de 5,1%.

Arômes en progression plus importante

Dans ce segment, la parfumerie fine avance le plus, devant les compositions de parfums et la parfumerie fonctionnelle. Suivent les ingrédients et beauté active, en augmentation moins significative malgré une croissance à deux chiffres de celle-ci.

La division Arômes a, elle, vu son chiffre d'affaires s'embellir davantage, de 11,3% à 2,7 milliards de francs. En prenant en compte trois acquisitions dans ce secteur depuis 2016, la croissance s'affiche même à près de 12,5%.

Tous les segments ont été contributeurs dans cette division. Pour autant, les produits laitiers ou encore les boissons ont notamment été en plus forte avancée. La politique d'ici 2020 a même permis une croissance à deux chiffres sur les arômes naturels.

Par régions, les marchés à haute croissance ont avancé moins rapidement que ceux qui sont consolidés. L'Asie/Pacifique et le nord du continent américain restes solides. La première a toutefois fait face à une progression moins importante que la zone Europe/Afrique/Moyen-Orient. De son côté, l'Amérique latine, certes en hausse, a été confrontée à l'impact de la conjoncture brésilienne.

GBS à 100 millions

Parmi les autres indications, le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements (EBITDA) recule de plus de 3% pour s'afficher à 1,08 milliard de francs. Une dépréciation largement attribuée aux dépenses de plus de 100 millions liées au Givaudan Business Solutions (GBS), qui doit améliorer la productivité d'ici 2020.

Cette enveloppe a été en partie compensée par des gains hors trésorerie de 20 millions de francs. Les flux de trésorerie s'établissent eux à 861 millions, à près de 12% du chiffre d'affaires.

Du côté du résultat opérationnel, une baisse de 1,5% a été observée par rapport à 2016, à 869 millions de francs. La marge d'exploitation recule également de 1,6 point de pourcentage, après les 18,8% de l'année dernière.

Plusieurs acquisitions additionnelles visées

La situation financière est toujours considérée comme solide. Mais la dette nette atteint près de 1,08 milliard de francs, contre 930 millions fin 2016. Les acquisitions et les investissements du groupe sont en cause. Le ratio d'endettement s'est étendu à 21%.

Pour 2018, l'entreprise va continuer à augmenter les prix en collaboration avec les clients pour compenser la hausse de celui des matières premières. M. Andrier mentionne par ailleurs la possibilité de nouvelles acquisitions dans un environnement volatile du marché et la poursuite du GBS, qui doit permettre des ressources financières supplémentaires.

Il reste prudent, mais s'attend à des signes de reprise sur des marchés-clés à croissance élevée. Le groupe propose un dividende de 58 francs par action, en extension de plus de 3,5% par rapport à 2016.

Vers 16h05 à la Bourse suisse, Givaudan cédait 2,09% à 2203 francs, alors que le marché SMI prenait 0,52%. Le groupe emploie plus de 11'100 personnes, en hausse de 600 en un an, dans plus de 100 sites dans le monde.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.