Navigation

Globus a vu ses revenus fondre de 5,6% en 2019, malgré l'e-commerce

La filiale du groupe Migros - qui cherche un repreneur depuis juin dernier - explique ce recul principalement par les fermetures de magasins qui ont suivi l'intégration des marques Schild et Globus Hommes au sein de Globus (archives). KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI sda-ats
Ce contenu a été publié le 16 janvier 2020 - 12:32
(Keystone-ATS)

Les grands magasins Globus ont connu une année 2019 difficile, marquée par la fermeture de plusieurs points de vente dans le cadre d'une vaste restructuration. Les revenus se sont contractés de 5,6% à 762,7 millions de francs, malgré l'essor du commerce en ligne.

Dans un communiqué diffusé jeudi, la filiale du groupe Migros - qui cherche un repreneur depuis juin dernier - explique ce recul principalement par les fermetures de magasins qui ont suivi l'intégration des marques Schild et Globus Hommes au sein de Globus, et signale qu'à surface comparable, les revenus ont légèrement progressé (+0,9%).

Les activités en ligne en revanche ont été florissantes. Leur chiffre d'affaires s'est envolé de (+111%), un résultat "particulièrement satisfaisant compte tenu de la nature ultra-concurrentielle du marché du e-commerce et de la pression croissante exercée par la concurrence nationale et internationale".

"Non seulement notre chiffre d'affaires en ligne a encore plus que doublé, mais nous avons également été capables de maintenir, à surface comparable, les ventes du stationnaire au même niveau", s'est félicité le directeur général (CEO) de Globus, Thomas Herbert, cité dans un communiqué.

En décembre dernier, un porte-parole de Migros avait indiqué que "le processus de ventes du groupe Globus se déroule comme prévu et prend un certain temps", mais qu'il devrait être bouclé au cours du premier semestre 2020.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article