Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les députés européens ont demandé mercredi à la Commission de ne renouveler l'autorisation du glyphosate, substance utilisée dans les pesticides comme le Round Up, que pour 7 ans au lieu des 15 prévus. Ceci en raison des inquiétudes quant à son caractère cancérogène.

Les eurodéputés ont adopté une résolution, sans valeur juridique, demandant à la Commission européenne de renouveler cette autorisation de commercialisation du glyphosate seulement "pour une période de sept ans", alors que cette autorisation va expirer au mois de juin.

La résolution rappelle en outre la possibilité de "retirer l'approbation d'une substance active pendant la période durant laquelle elle est autorisée si elle ne remplit plus les critères d'approbation".

Le texte initial de la résolution demandait à la Commission de ne pas renouveler du tout l'approbation du glyphosate. Mais les députés ont adopté un amendement présenté par le Parti populaire européen (PPE, droite) proposant une autorisation pour 7 ans, qui représente un compromis avec la position de la Commission.

Usage multiplié

Utilisée depuis les années 1970, cette substance active est notamment présente dans le Round Up du groupe Monsanto, pesticide le plus utilisé dans le monde.

Le texte de la résolution pointe que "son utilisation sur la planète a augmenté d'une manière spectaculaire, puisqu'elle a été multipliée par un facteur de 260 au cours des 40 dernières années", malgré des inquiétudes quant à son risque cancérogène et à ses effets perturbateurs sur le système endocrinien.

Favorable à un renouvellement pour 15 ans de son autorisation, la Commission appuie son choix sur l'avis donné en novembre par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), qui a jugé "improbable" le risque cancérogène du glyphosate. Une agence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a à l'inverse déclaré la substance cancérogène "probable".

Pétition en Suisse

Le 8 mars, un comité d'experts représentant les Etats membres devait se prononcer sur le renouvellement de l'autorisation du glyphosate, mais le vote n'a finalement pas eu lieu, alors que plusieurs pays européens avaient annoncé leur intention de voter "non". Le comité doit à nouveau se réunir les 18 et 19 mai.

En Suisse, la Fédération romande des consommateurs (FRC), Greenpeace et les Médecins sensibles à l'environnement ont déposé début février une pétition qui demande aux autorités fédérales d'interdire les herbicides à base de glyphosate. Le texte a été signé par 25'340 personnes.

ATS