Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Jean-Luc Godard était absent sur le tapis rouge à Cannes, à l'heure où a été présenté son nouveau film "Le livre d'image", en lice pour la Palme d'or (archives).

KEYSTONE/STR

(sda-ats)

En mai 68, il débarquait au Festival de Cannes pour interrompre les festivités. Cinquante ans plus tard, Jean-Luc Godard a comme souvent brillé par son absence, vendredi, à l'heure où a été présenté son nouveau film "Le livre d'image", en lice pour la Palme d'or.

"Le Livre d'image", a été projeté en présence du ministre de la culture et président de la Confédération Alain Berset. L'enfant terrible de la Nouvelle Vague, devenu un mythe du 7e art, a pour sa part boudé la Croisette, comme il l'avait déjà fait en 2014. Il doit en revanche participer samedi à une conférence de presse à distance, via l'application d'appels vidéos FaceTime, selon l'agenda à l'attention de la presse.

"Magnifique histoire de l'art"

Le film est "une magnifique histoire de l'art et de l'humanité", "avec des images tout à fait somptueuses, une esthétique incroyable", a dit M. Berset, selon des propos rapportés par sa porte-parole Nicole Lamont. "Comme souvent avec Godard, il fallait réussir à faire une interprétation pour soi de son oeuvre."

Le film de Godard, 87 ans, est en lice pour la Palme d'or. Deux autres coproductions suisses font partie des films en lice pour la plus haute distinction, "Lazzaro felice", d'Alice Rohrwacher, et "Un couteau dans le cœur", de Yann Gonzales.

Alain Berset a également effectué une visite du village international vendredi matin. Il s'est entretenu avec plusieurs producteurs de films de différents pays, dont le Mexique, Etat avec lequel la Suisse a signé l'année passée un accord de coproduction cinématographique. Le ministre de la culture se rendra en outre dans la soirée sur le stand de Swissfilms pour une soirée 100% helvétique.

Difficile à décrypter

"Le Livre d'image", un film-poème applaudi à l'issue de la projection dans la grande salle du Palais des festivals, fait se succéder pendant 1h25 des images documentaires et de fiction : chars, guerres, explosions, trains avançant dans la campagne, extraits de films, etc.

Elles sont accompagnées de musique et de citations et d'aphorismes en voix off, souvent lus par le cinéaste lui-même : "La vraie condition de l'homme, c'est de penser avec ses mains", "La seule chose qui survive à une époque, c'est la forme d'art qu'elle s'est créée",...

"Les maîtres du monde devraient se méfier de Bécassine parce qu'elle se tait", peut-on lire en exergue de cet objet filmique non identifié évoquant, entre autres, le monde arabe, et composé de cinq parties aux titres énigmatiques. Difficile à décrypter, l'oeuvre a partagé les critiques, laissant plus d'un festivalier perplexe.

"Même si sa voix si caractéristique parsème (en voix) off d'aphorismes ce collage de classiques du 7e art et d'archives, pas sûr qu'il soit bien audible", a commenté sur Twitter le critique de la revue Positif Philippe Rouyer. "La question avec Godard, je ne sais pas tellement si c'est de comprendre. C'est une proposition avec des éclats de choses qui nous traversent...", a réagi Jacques Kermabon, de la revue canadienne 24 Images.

Récompensé une seule fois

Reclus à Rolle (VD), Jean-Luc Godard s'est tenu éloigné ces dernières années du monde du cinéma. Il faut remonter à 2004 pour sa dernière apparition - hors compétition - sur la Croisette avec "Notre musique".

Sa sélection cette année à Cannes est particulièrement symbolique, 50 ans après le Festival interrompu de mai 68. Alors que la France était en grève, il avait alors été en tête, aux côtés de François Truffaut, de la révolte pour exiger l'arrêt de la compétition par solidarité avec le mouvement étudiant et ouvrier.

Cette nouvelle sélection à Cannes, sa septième en compétition, couronne une carrière d'une cinquantaine de films où se mêlent fictions, films militants, vidéos et films grand public. Mais récompensé une seule fois, en 2014, Godard reste un cinéaste controversé, dont certains jugent l'oeuvre prétentieuse ou trop hermétique.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS