Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La fermeture de la ligne ferroviaire du Gothard semble n'avoir pas engendré de hausse massive du trafic poids lourds. Une augmentation de 5 à 10% a été constatée. Cependant, depuis l'éboulement à Gurtnellen (UR), le transport des produits dangereux est plus ardu.

Les convois de ce genre sont interdits dans le tunnel routier du Gothard, a indiqué mardi à l'ats le porte-parole de l'Office fédéral des routes (OFROU) Thomas Rohrbach. Et le passage par le col est impossible pour les semi-remorques.

L'acheminement de l'oxygène aux hôpitaux tessinois pose ainsi problème. L'OFROU est en train de chercher des solutions, souligne Thomas Rohrbach, sans plus de précisions. Si les produits dangereux sont un client habituel du rail, leur transport par la route est plus délicat. Certains sont susceptibles de provoquer des explosions.

Leur acheminement à travers un tunnel suppose de le fermer aux autres usagers, assure M. Rohrbach. Le convoi est accompagné par la police et les pompiers doivent être prêts à intervenir. Une fermeture nocturne pourrait donc être une solution, souligne le porte-parole.

Hausse modérée du trafic

De manière générale, la hausse du trafic poids lourds se monte à environ 200 camions de plus par jour, poursuit Thomas Rohrbach. Lors d'une journée normale, le nombre de camions circulant dans les deux sens atteint entre 2500 et 2800, rappelle-t-il.

Celui-ci relativise toutefois l'augmentation. "Il arrive aussi certains jours que le trafic soit en baisse par rapport à l'année passée". La fermeture de la ligne ferroviaire n'a donc eu jusqu'ici qu'un faible impact pour l'axe routier.

Un phénomène que M. Rohrbach peine à s'expliquer. Des facteurs tels que la crise économique et l'arrivée de l'été jouent sans doute un rôle, estime-t-il. En tous les cas, le tunnel routier du Gothard peut faire face à une éventuelle augmentation. Sa capacité maximale se monte à 5100 camions par jour dans les deux sens, précise M. Rohrbach.

ATS