Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Goulnara Karimova lors d'un défilé de mode à Moscou en avril 2011 (archives)

KEYSTONE/EPA/SERGEI ILNITSKY

(sda-ats)

La fille de l'ancien président ouzbek Islam Karimov a été emprisonnée pour des fraudes atteignant des sommes gigantesques, a annoncé vendredi le parquet de ce pays d'Asie centrale. Le sort de Goulnara Karimova faisait l'objet de multiples rumeurs ces derniers mois.

Mettant fin au silence des autorités de l'ex-république soviétique sur ce sujet, le parquet général a indiqué dans un communiqué qu'elle avait été inculpée notamment pour fraude, blanchiment d'argent et recel de devises étrangères, sans donner de sommes. "Elle a été placée en détention", est-il précisé.

Selon la même source, elle avait déjà été condamnée en 2015 à une peine de contrôle judiciaire pour cinq ans, confirmant les rumeurs indiquant ces dernières années qu'elle était assignée à résidence.

Son fils s'interrogeait publiquement en décembre dernier sur un possible décès de sa mère. Goulnara Karimova est la fille aînée du président Karimov décédé il y a un an après plus de 25 ans au pouvoir.

Tombée en disgrâce

Un temps pressentie à la succession de son père, Mme Karimova est tombée en disgrâce après avoir comparé son père à Staline et s'être publiquement attaquée à sa mère et à sa soeur cadette.

Ex-ambassadrice de son pays à l'ONU mais aussi connue pour avoir organisé des défilés de mode, lancé une ligne de bijouterie ou sorti des chansons pop, son nom apparaît dans des affaires de corruption à grande échelle dans de nombreux pays.

Dans son communiqué, le parquet dit rechercher l'équivalent de 1,3 milliard d'euros d'avoirs détenus par Karimova dans de nombreux pays dont la France, la Suisse, la Suède, le Royaume-Uni, la Lettonie, l'Allemagne ou les Emirats arabes unis. Parmi les avoirs que les procureurs cherchent à récupérer figurent le château de Groussay dans les Yvelines et une villa à Saint-Tropez, ainsi que des propriétés en Suisse et à Londres, ou encore un avion à Malte.

L'ancienne femme d'affaires a été placée en détention en attendant son procès.

Lieu de détention inconnu

Son avocat suisse Grégoire Mangeat indique vendredi dans un communiqué avoir été informé de l’arrestation de sa mandante. "Aujourd’hui, nous ne savons pas où elle se trouve. Le lieu de détention dans lequel elle aurait été transférée nous est inconnu. En raison de ces faits, ma visite prévue ce mois a dû être annulée", complète-t-il.

Il explique par ailleurs que cette situation est préoccupante au vu des rumeurs inquiétantes circulant sur l’état de santé de Mme Karimova, dont personne, y compris ses enfants, n’a pu avoir de nouvelles depuis plusieurs mois.

M. Mangeat affirme que, vu l’impossibilité d’entrer en contact et d’échanger avec sa mandante, il se voit empêché de l’assister de manière compatible avec la garantie d’un procès équitable. «Une nouvelle demande de suspension de la procédure a dès lors été adressée au Ministère public de la Confédération (MPC)", ajoute-t-il. LE MPC confirme cette demande de suspension.

Le Ministère ajoute par ailleurs être en charge d’une demande d’entraide judiciaire émanant d’Ouzbékistan, actuellement en cours d’examen.

800 millions gelés en Suisse

M. Mangeat avait en janvier dernier indiqué avoir rencontré sa cliente en décembre 2016 à Tachkent, capitale de l'Ouzbékistan, dans le cadre de la procédure suisse. Il avait alors critiqué les conditions de vie de sa cliente, placée à l'isolement.

Goulnara Karimova avait été entendue les 9 et 10 décembre 2016 par des représentants du ministère public ouzbek en présence de représentant du MPC. Ce dernier avait confirmé qu'une de ses délégations s'était en effet rendue en Ouzbékistan.

Depuis 2012, le MPC a gelé les comptes en Suisse de Gulnara Karimova, qui réunissent des montants à hauteur de 800 millions de francs.

ATS