Toute l'actu en bref

Susanne Schaffner a de bonnes chances de défendre le deuxième siège socialiste au gouvernement soleurois. Le deuxième fauteuil à repourvoir se jouera entre Marianne Meister (PLR) et Brigit Wyss (Verts).

KEYSTONE/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

Trois femmes se battent pour les deux fauteuils au Conseil d'Etat soleurois encore à attribuer lors du deuxième tour de l'élection qui a lieu dimanche. La lutte met aux prises le PS, le PLR et les Verts.

La socialiste Susanne Schaffner a de bonnes chances de remporter un siège. Le second se jouera entre la Verte Brigit Wyss et la libérale-radicale Marianne Meister. Les enjeux sont nombreux, mais il y a d'ores et déjà une certitude quant au résultat: pour la première fois, deux femmes siégeront au sein du gouvernement soleurois qui compte cinq membres.

A l'issue du premier tour, Susanne Schaffner, avocate à Olten, a obtenu le meilleur résultat parmi les non-élus. Elle devrait réussir à défendre le siège de son collègue de parti sortant Peter Gomm. La représentation socialiste à l'exécutif soleurois n'est pas contestée.

Arrivée deuxième des non-élus, l'ancienne conseillère nationale Brigit Wyss est optimiste. Elle pourrait toutefois bien connaître le même sort qu'il y a quatre ans: recalée au deuxième tour malgré un bon premier tour. Les Verts n'ont encore jamais siégé au gouvernement soleurois.

Beaucoup à perdre pour le PLR

L'enjeu est encore plus important pour Marianne Meister et son parti. Cela fait 65 ans que le PLR compte deux ministres à Soleure. Depuis 1987, l'un d'eux est une femme. La maire de Messen ne part toutefois pas avec les faveurs de la cote. Elle a obtenu un piètre score au premier tour.

Le PLR disposera d'au moins un siège: le ministre de la formation Remo Ankli a survolé le premier tour. Les deux autres conseillers d'Etat sortants, Roland Heim et Roland Fürst, tous deux PDC, ont également obtenu la majorité absolue.

Candidat UDC retiré

Marianne Meister peut compter sur le soutien de l'UDC. Cette dernière a retiré son candidat après un mauvais score au premier tour. "Il s'agit d'empêcher une double représentation de la gauche", a indiqué la direction.

Le PDC n'a pas donné de consigne. Au final, c'est la mobilisation qui fera la différence. Au premier tour, la participation s'est élevée à seulement 35%. Le gouvernement soleurois est actuellement composé de deux libéraux-radicaux, deux démocrates-chrétiens et d'un socialiste.

ATS

 Toute l'actu en bref