Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Lewis Hamilton a été maître chez lui à Silverstone. Le pilote Mercedes a remporté le GP de Grande-Bretagne, où il a devancé son coéquipier allemand Nico Rosberg.

Battu il y a deux semaines en Autriche par ce même Rosberg, Hamilton n'a donc pas tardé à réagir pour s'offrir son 5e succès de la saison, le 38e de sa carrière. Une victoire qui lui a aussi permis de reprendre le large au championnat du monde, où il compte dorénavant 17 points d'avance sur son coéquipier.

Des Mercedes qui n'en finissent plus de régner sur la F1, elles qui ont signé leur 6e doublé de la saison en neuf Grands Prix. Cela fait même désormais neuf courses de suite que les deux pilotes montent sur le podium, ce qu'aucune écurie n'avait plus réussi depuis Ferrari en... 1953.

Cette troisième victoire à Silverstone - après 2008 et 2014 - n'a toutefois pas été de tout repos pour Lewis Hamilton. Parti en pole position, le Britannique a raté son départ, voyant les deux Williams de Felipe Massa et Valtteri Bottas lui passer devant. Ce n'est qu'au 21e des 52 tours que le champion du monde a pu repasser en tête, au jeu des premiers passages aux stands.

Lewis Hamilton a dû ensuite gérer l'arrivée de la pluie en fin de course. Il a toutefois su se montrer suffisamment prudent, avant de rentrer une nouvelle fois au stand au 43e tour pour passer des pneus intermédiaires. Plus rien ne pouvait alors s'opposer au triomphe de la star locale, vainqueur avec 11 secondes d'avance sur Nico Rosberg.

Le podium a été complété par Sebastian Vettel (Ferrari), qui a profité de la mauvaise stratégie de course des Williams pour s'offrir un podium quasiment inespéré devant Felipe Massa (4e) et Valtteri Bottas (5e).

Chez Sauber, le Suédois Marcus Ericsson a terminé au 11e rang, soit antépénultième d'une course qui n'a vu que 13e pilotes franchir la ligne d'arrivée. Felipe Nasr, lui, n'a même pas pu s'élancer. Trahi par sa boîte de vitesse en allant prendre sa place sur la grille de départ, le Brésilien a dû regagner son stand, avant d'être contraint à l'abandon.

Ce Grand Prix est aussi à oublier pour Sébastien Grosjean, hors course dès le premier tour. Le Franco-Genevois a été victime d'un départ mouvementé, lors duquel il s'est accroché avec propre coéquipier chez Lotus, le Vénézuélien Pastor Maldonado.

ATS