Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Grèce a évité la faillite incontrôlée en obtenant vendredi l'accord d'une forte majorité de ses créanciers privés pour réduire et rééchelonner son énorme dette. "Le tournant dans la crise est atteint", a estimé vendredi le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy.

"Restructuration de la dette grecque: le tournant dans la crise est atteint. Nous allons vers une mer plus calme", écrit sur son compte Twitter M. Van Rompuy, adepte du haïku.

La Grèce a évité la faillite incontrôlée en obtenant vendredi l'accord d'une forte majorité de ses créanciers privés pour réduire et rééchelonner son énorme dette, ce qui ouvre la voie au versement d'un deuxième prêt de ses bailleurs de fonds publics, l'UE et le FMI.

Salué à Berlin et Paris

En 2020, grâce à l'opération d'effacement, la dette souveraine grecque ne doit plus représenter que 120,5% du produit intérieur brut (PIB), un taux jugé supportable et gérable par les créanciers. Il se situe actuellement à plus de 160%.

Cette opération a été saluée également à Berlin et Paris, le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble parlant d'un "grand pas sur le chemin de la stabilisation et de la consolidation" de la Grèce tandis que pour le président français Nicolas Sarkozy, "le problème est réglé".

Gratitude de la Grèce

"Je souhaite exprimer ma gratitude à tous nos créanciers qui ont soutenu notre ambitieux programme de réforme et d'ajustement et qui ont partagé les sacrifices du peuple dans son effort historique" a salué le ministre des Finances grec Evangélos Vénizélos.

L'échange concret des titres doit avoir lieu lundi 12 mars pour les obligations de droit grec, mais un délai supplémentaire, courant jusqu'au 23 mars à 09h00, a été accordé aux détenteurs de titres de droit non grec qui souhaiteraient rejoindre les rangs des participants à l'échange.

ATS