Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Carcasses fumantes d'édifices néo-classique, vitrines brisées: les Athéniens découvraient lundi avec consternation l'ampleur des dégâts infligés au centre de la ville par une nuit de violences. Celles-ci se sont déroulées en marge d'une manifestation géante contre le nouveau train d'austérité.

Selon les décomptes officiels, 45 bâtiments ont été totalement ou partiellement endommagés par des incendies criminels, tandis que vitres brisés et rideaux de fer tordus se comptaient par dizaines sur les façades des grands axes du centre d'Athènes. Le ministère de la Santé a fait état de 54 citoyens blessés, et la police de 68 blessés dans ses rangs.

Bâtiments emblématiques

"Ca rappelle décembre 2008", quand la mort d'un adolescent tué par un policier avait déclenché près d'un mois de violences urbaines, a affirmé le vice-maire en charge de l'entretien, Andréas Varélas. Cette fois, les casseurs ont visé une série de "bâtiments emblématiques, une dizaine d'édifices néo-classiques" du début du 20e siècle, relève M. Varélas. Deux cinémas historiques sont notamment partis en fumée.

En milieu de matinée, les équipes municipales continuaient de ramasser les fragments de marbre arrachés au trottoir et utilisés comme projectiles, et autres débris fumants de poubelles et éclats de verre, dans tout le périmètre du centre, du quartier touristique de Monastiraki aux rues chic de Kolonaki.

Arrestations

La police a annoncé 67 arrestations parmi les fauteurs de trouble qui, selon une source policière, ont sévi pendant des heures en petits groupes mobiles et très organisés. D'après la même source, ce noyau dur d'environ un millier de personnes a aussi sporadiquement entraîné dans la casse des centaines de "suiveurs".

Les violences se sont déroulé en marge de la manifestation de dimanche qui a réuni, selon la police quelque 80'000 personnes, et selon les médias près du double, à l'appel des syndicats et de la gauche, contre l'adoption dans la nuit au parlement d'un nouveau plan de rigueur exigé par UE et FMI pour éviter la faillite au pays.

ATS