Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Grèce: déficit et dette publics 2011 pires qu'annoncé

Le déficit et la dette publics de la Grèce pour l'année 2011 ont été révisés à la hausse. Elles atteignent désormais respectivement 9,4% et 170,6% du PIB, selon des données provisoires rendues publiques lundi par l'Autorité des statistiques grecques (Elstat).

Les premières estimations d'Elstat, en avril, avaient chiffré le déficit à 9,1% du PIB, très proches de la prévision budgétaire pour 2011 de 9%. La dette publique était, elle, calculée à 165,3% du PIB, alors que le pays est censé la ramener à 120% du PIB en 2020, selon l'accord signé avec ses bailleurs de fonds.

Cette aggravation statistique des performances découle surtout de la révision à la hausse de l'ampleur de la récession en 2011, a relevé Elstat dans un communiqué. Le 5 octobre, Elstat avait révisé à la hausse l'ampleur de la chute du PIB en 2011, qui a reculé de 7,1% au lieu des 6,9% annoncés initialement.

Sixième année de récession attendue

Du fait des recettes de rigueur appliquées au pays, et des retards et défaillances dans l'application de réformes structurelles, la Grèce qui traverse en 2012 sa cinquième année de récession, prévoit d'ores et déjà une sixième année en 2013.

Les questions qui continuent de peser sur la solvabilité à terme du pays, en dépit de deux plans de soutien internationaux associant le déblocage de prêts d'un total de 240 milliards d'euros à l'effacement de 107 milliards de dette grecque, sont au centre des débats actuellement en cours sur le problème grec au sein de l'UE et du FMI.

Député exclu de son parti

Le gouvernement grec met actuellement la dernière main à un programme qui prévoit 11,5 milliards d'euros de mesures d'économies pour 2013 et 2014 et qui doit être avalisé par le Parlement avant qu'Athènes ne puisse obtenir le déblocage d'une prochaine tranche d'aide internationale qui lui évitera la faillite.

Dans ce contexte, le Premier ministre Antonis Samaras a exclu du groupe parlementaire de son parti un député qui a menacé de voter contre ce nouveau train de mesures. "L'intérêt national" doit primer, a justifié lundi un porte-parole du gouvernement.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.