Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des dizaines de milliers de Grecs ont défilé jeudi à Athènes et Salonique contre l'austérité imposée par les bailleurs de fonds de la Grèce, rassemblement endeuillé par le décès d'un manifestant. Les syndicats ont pris date avec ceux du Portugal et d'Espagne pour de nouvelles grèves et manifestations le 14 novembre.

Le défilé a totalisé quelque 25'000 personnes selon la police, bien plus du double d'après les médias. Il a été marqué par la mort d'un manifestant sexagénaire victime d'une crise cardiaque et émaillé de violences.

Trois autres personnes ont été blessées. Une cinquantaine de manifestants soupçonnés d'avoir attaqué la police ont été interpellés. A Salonique dans le nord du pays, la police a en outre recensé 17'000 manifestants.

Gaz lacrymogènes lancés

A Athènes, sur la place Syntagma, en contrebas du Parlement, après un défilé globalement calme, des échauffourées ont opposé la police à de petits groupes de manifestants, avant que des cordons policiers ne chargent pour disperser la foule. Près de 4000 policiers avaient été mobilisés.

Le passage du cortège s'est toutefois poursuivi pendant plus d'une heure après cet accès de tension, tandis que des affrontements sporadiques se poursuivaient. Des cocktails Molotov ont été lancés sur la police qui a répondu avec des gaz lacrymogènes.

Les syndicats grecs avaient appelé à cette journée anti-austérité le jour du sommet européen de Bruxelles qui doit tenter de trouver des solutions pour consolider l'Europe et la zone euro notamment via une union bancaire.

Soutien du secteur privé

Les syndicats de leur côté contestent le recours massif aux politiques d'austérité pour sortir de la crise. Le syndicat GSEE qui couvre le secteur privé en Grèce a annoncé qu'il allait se joindre à une journée d'action européenne le 14 novembre, également annoncée par les syndicats portugais.

En Espagne, les deux principaux syndicats du pays, CCOO et UGT, et quelque 150 organisations constituant le "Sommet social" vont, "selon toute probabilité", appeler à une grève le 14 novembre, coïncidant avec celle prévue au Portugal et en Grèce, a indiqué à l'AFP une porte-parole de CCOO à Madrid.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS