Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Quelques dizaines de milliers de fonctionnaires grecs ont battu le pavé à Athènes et Salonique mercredi pour protester contre les mesures d'austérité du gouvernement. L'ambiance était tendue, alors que le spectre d'un défaut de paiement se rapproche sur le pays surendetté et regardé par le monde entier.

Ecoles et musées étaient restés fermés, des vols ont été annulés, et les hôpitaux ont fonctionné au ralenti. Des milliers de fonctionnaires, retraités et étudiants ont défilé pacifiquement dans la capitale, frappant sur des tambours et portant des banderoles réclamant "Effacez la dette!" et "Les riches doivent payer".

Ils se sont rendus place Syntagma, devant le parlement, où les députés grecs débattent de l'hypothèse d'organiser un référendum pour choisir comment réduire le déficit budgétaire. la manifestation a rassemblé 18'000 personnes.

Gaz lacrymogènes

Les choses se sont gâtées lorsque des dizaines de jeunes cagoulés se sont mis à jeter des bouteilles et des pierres en marge de la manifestation d'Athènes. Les forces anti-émeutes ont alors riposté avec des gaz lacrymogènes.

Au moins quatre personnes, dont deux policiers, ont été blessées ainsi que deux photo-reporters, dont une journaliste de l'AFP frappée au visage avec le bouclier d'un policier, selon son témoignage. Une dizaine d'arrestations ont eu lieu, selon une source policière. A Salonique environ 10'000 personnes ont manifesté.

"Assez desespérée"

Avant une grève générale prévue le 19 octobre avec le secteur privé, les salariés du public protestent essentiellement contre le projet de mettre 30'000 d'entre eux au chômage technique avec salaire réduit de 40% d'ici à la fin de l'année, avant un probable licenciement au bout d'un an. L'objectif est de réduire drastiquement les dépenses publiques du pays.

Les mesures dites d'austérité, imposées à la demande des créanciers du pays (UE-FMI-BCE), comptent aussi de multiples hausses ou créations de taxes et d'impôts, des abaissements de pensions de retraite. Elles doivent durer au moins jusqu'en 2015.

ATS